Pas-de-Calais : Un mineur interpellé pour «apologie du terrorisme»

SOCIÉTÉ Le jeune homme, âgé de 17 ans, a été arrêté par la police judiciaire de Lille…

Julie Goujon, avec O.A.

— 

La police judiciaire de Lille a procédé à l'interpellation. (Illustration)
La police judiciaire de Lille a procédé à l'interpellation. (Illustration) — V. WARTNER / 20 MINUTES

Ils l’ont localisé depuis Paris. Vendredi matin, un individu a été interpellé à Berck-sur-Mer (Pas-de-Calais) par des membres de la police judiciaire, dans le cadre d’une enquête ouverte pour «apologie du terrorisme », a rapporté lundi La Voix du Nord.

Via un message sur le réseau social Facebook, le suspect, âgé de 17 ans, regrettait que l’attentat à Barcelone, survenu le 17 août, n’ait pas fait davantage de morts. Il annonçait également qu’un autre attentat à la voiture folle surviendrait le lendemain, à Lille.

>> A lire aussi : Facebook entre en guerre contre le terrorisme

Ce sont les policiers de la sous-direction en charge de la cybercriminalité, à la Direction centrale de la police judiciaire, qui ont repéré le message, dès le jeudi soir.

Une enquête pour « apologie du terrorisme » ouverte

Selon nos confrères, le jeune homme a déclaré avoir rédigé ce post seulement par provocation. L’adolescent, considéré comme étant en fugue, était logé chez deux personnes, dont un mineur, qui ont également été arrêtées.

Tous les trois ont été interrogés sous le régime de la garde à vue. L’apologie au terrorisme est un délit, passible de 7 ans de prison et de 100 000 euros d’amende.

L’auteur du message a été placé en centre éducatif fermé pour mineur. Les deux autres individus ont été mis hors de cause.

Vers une comparution d’ici un mois ?

Selon l’ordonnance de 1945 relative aux mineurs délinquants, il est possible de placer un mineur âgé de 16 à 18 ans en détention provisoire dans un centre adapté, s’il est poursuivi pour des délits flagrants passibles de plus d’un an de prison.

Il peut, le cas échéant, être présenté à un juge pour enfant dans un délai de dix jours à un mois, dans le cadre d’une procédure dite de « présentation immédiate ».