Boulogne-sur-Mer: Un élu FN confond un tournage avec un camp de migrants

FAIL Antoine Golliot, conseil régional FN des Hauts-de-France, s’est ému d’une installation de migrants près de Boulogne-sur-Mer alors qu’il ne s’agissait que d’un tournage de série TV…

Olivier Aballain

— 

Le site de l'Hoverport, au Portel près de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais)
Le site de l'Hoverport, au Portel près de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) — Google Street View

Une fiction plus vraie que nature. La Voix du Nord rapporte ce mercredi qu’elle a été interpellée lundi soir par erreur, par le responsable FN de Boulogne-sur-Mer, au sujet d’une installation de migrants dans des cabanes à proximité de l’Hoverport (gare maritime abandonnée) du Portel.

Problème : il s’agissait tout simplement du tournage de la saison 2 de la série TV un brin loufoque P’tit Quinquin, signée du très local réalisateur Bruno Dumont.

L’installation du décor à proximité de cette gare maritime abandonnée avait d’ailleurs été dûment annoncée par la presse régionale. Mais quand il a vu les cabanons de fortune, faits de bois et de bâches en plastique, le sang d’Antoine Golliot (conseiller municipal et conseiller régional FN) n’a apparemment fait qu’un tour.

Message sur Twitter vite retiré

La Voix du Nord indique qu’un message publié à ce sujet sur le réseau social Twitter, lundi soir, a été promptement retiré, une fois que l’élu s’est aperçu de sa méprise. L’intéressé s’est dit « ravi » de voir la vérité rétablie, même s’il regrette dans un deuxième message « que cette série ne soit pas mise en avant pour éviter tout quiproquo ».

La saison 1 de P’tit Quinquin, déclinée en six épisodes, s’était taillé un joli succès en 2014 lors de sa diffusion sur Arte. Concoctée par le cinéaste Bruno Dumont, déjà primé à Cannes, la série évoquait les tribulations d’un duo de gendarmes, enquêtant sur un meurtre dans la région de Boulogne.

>> A lire aussi : «P'tit Quinquin», film de l'année pour les Cahiers du cinéma

L’œuvre dressait une galerie de portraits jouant volontiers avec les clichés que véhicule parfois le territoire. Sur ce point, Antoine Golliot aura indéniablement apporté sa petite contribution artistique.