Hauts-de-France: «Vive la bio !», écrivent les exploitants biologiques

ENVIRONNEMENT Les agriculteurs biologiques attendent de voir les nouvelles mises à jour de la PAC…

Julie Goujon

— 

Une ode à l'agriculture biologique dans un champ de bleuets et de coquelicots, à Oudeuil dans l'Oise.
Une ode à l'agriculture biologique dans un champ de bleuets et de coquelicots, à Oudeuil dans l'Oise. — Gabnor
  • Le gouvernement a annoncé le transfert de 4,2 % des aides à l’hectare vers le soutien de secteurs ciblés de l’agriculture
  • Les exploitants bio s’inquiètent de la part qui sera vraiment donnée à l’agriculture bio
  • L’aide au maintien est une aide financière apportée aux producteurs bio

Il trouvait ça magnifique. Il y a un peu plus d’une semaine, Jasmin Sainte-Beuve, agriculteur biologique d’Oudeuil, dans l’Oise, a décidé de graver « Vive la bio ! » au milieu des coquelicots et des bleuets de son champ de luzerne. Grâce à un drone, il a pu prendre son œuvre en photo. Le cliché a été repris par l’Agriculture Biologique en Picardie (ABP) et l’association des agriculteurs bio du Pas-de-Calais (Gabnor).

L’agriculture bio s’inquiète de son sort.

L’action est aussi une bonne occasion de défendre leur pré carré. Car l’annonce récente d’un transfert d’aides du pilier 1 au pilier 2 de la Politique Agricole Commune (PAC) inquiète actuellement les associations défendant l’agriculture biologique.

Sébastien Lemoine, président de Gabnor et producteur bio, parle déjà « des aides de maintien [qui] vont être supprimées ». « Ces aides sont nécessaires pour notre trésorerie, pour continuer notre activité », explique-t-il. « C’est aussi une reconnaissance [des] services que nous rendons, et dont nous avons besoin. »

>> A lire aussi : Aux Etats généraux de l’alimentation, «Les consommateurs veulent de la qualité»

La présidente de l’ABP, Nadou Masson, se montre un peu plus optimiste : « Pour l’instant, nous n’avons pas d’informations en région selon lesquelles le Gouvernement supprimerait l’aide au maintien », a-t-elle déclaré. « Mais nous voulons préparer l’avenir. Il faut développer et encourager cette agriculture qui donne à consommer de bons produits ».

Aucun verdict pour le moment

Le 2 août, le gouvernement a annoncé vouloir « mieux accompagner les différents modèles de production comme l’agriculture biologique » en modifiantla répartition des budgets de la PAC entre ses deux piliers.

L’installation de cette nouvelle mesure devra être discutée avec les régions qui gèrent une partie des aides concernées, notamment l’aide au maintien. Celle-ci est une rémunération de reconnaissance aux producteurs biologiques, calculée en fonction de la parcelle de terrain bio que possède l’agriculteur. Les exploitants bio s’interrogent sur la part des aides qui sera réellement consacrée à la bio.