Pas-de-Calais: Un cargo en perdition au large du cap Gris nez

FAITS DIVERS Le navire de près de 100 mètres de long est resté en panne pendant 13 heures en pleine mer…

Mikael Libert

— 

Le cargo était en panne au large du cap Gris nez.
Le cargo était en panne au large du cap Gris nez. — Google maps

Un bateau dans une situation (très) délicate. Dimanche, le Rover, un cargo de 90 mètres battant pavillon de la Barbade, a subi une panne l’empêchant de manœuvrer qui a duré 13 heures.

L’incident s’est produit à environ 7 milles marins (13 km) au large du cap Gris nez, dans le Pas-de-Calais.

Bateau incontrôlable

Le navire en difficulté s’est signalé auprès du Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) Gris-Nez vers 6h du matin, dimanche. Une avarie moteur totale rend impossible toute manœuvre du navire qui transporte de l’agrile à destination de Rotterdam, aux Pays-Bas.

>> A lire aussi : Un cargo retenu une semaine après un contresens dans le détroit

Comme le trafic est très dense dans le rail montant, les autorités ont décidé de dérouter les autres bateaux pour éviter un accident, le temps que l’équipage du Rover identifie l’origine de la panne. A titre préventif, le CROSS a mis en alerte un remorqueur basé à Boulogne-sur-Mer, lequel prendra la mer vers 7h15.

Environ une heure plus tard, l’équipage du cargo affirme avoir détecté l’origine de la panne. Ils sont autorisés à mouiller au large du Gris nez le temps d’effectuer les réparations. L’opération ne doit pas durer plus d’1h30 selon l’équipage.

Un mauvais carburant en cause

Ce n’est finalement que vers 14h que le Rover est de nouveau en capacité de naviguer. Le cargo a repris sa route avant de devoir s’arrêter de nouveau à cause de son moteur principal qui fait encore des siennes. Cette fois, les autorités ont décidé d’envoyer à bord une équipe d’évaluation, notamment composée d’un mécanicien et d’experts.

>> A lire aussi : Collision entre un pétrolier et un cargo au large de Dunkerque

La cause des dysfonctionnements a été trouvée : il s’agit de la mauvaise qualité du carburant. Dans le doute, les experts ont inspecté la totalité du cargo, lequel a enfin pu reprendre sa route vers les Pays-Bas à 19h.