Calais : Deux Britanniques condamnés pour des passages de migrants en avion

JUSTICE Depuis plusieurs mois ils auraient organisé au moins cinq voyages à bord d’un avion de tourisme…

M.L. avec AFP

— 

Illustration d'un avion de tourisme Cessna.
Illustration d'un avion de tourisme Cessna. — Joshua Lindsey/AP/SIPA

Vendredi, le tribunal de Boulogne-sur-Mer a condamné, à 30 mois de prison ferme, un pilote d’avion et son complice qui organisaient des passages en Angleterre par avion privé. Les deux hommes, de nationalité britannique, ont été incarcérés à l’issue de l’audience.

Les deux prévenus, jugés en comparution immédiate pour aide à la circulation d’étrangers en situation irrégulière en bande organisée, ont également été interdits de territoire français pendant cinq ans et l’avion a été confisqué.

« 10.000 livres sterling par passager »

Le pilote privé chevronné, David Green, 54 ans, et son complice, Edward Buckley, 46 ans, appartiendraient, selon l’enquête, à un vaste réseau de passeurs anglais. Ils ont reconnu plusieurs voyages, depuis fin avril de l’aéroport de Marck et du Touquet, qu’ils facturaient « 10.000 livres sterling (11.100 euros) par passager ». Depuis avril, les deux hommes auraient organisé cinq voyages avec, à bord du petit avion de tourisme, de deux à quatre personnes.

La substitut du procureur, Raphaëlle Wach, avait requis 42 mois de prison ferme avec mandat de dépôt pour chacun, ainsi qu’une amende de 50.000 euros. « Ils ont été attirés par l’appât du gain, c’est inadmissible d’exiger des tarifs si rémunérateurs sur la misère des gens », a-t-elle estimé.

>> A lire aussi : Un migrant tente de traverser la Manche sur un radeau de planches et de bouteilles

Maître Emmanuelle Osmont, l’avocat d’Edward Buckley, a affirmé de son côté que ce dossier « hors du commun » n’était pas celui de « l’exploitation de la misère », car « les Albanais qui optent par le passage par avion ont de l’argent ».

Le pilote avait été interpellé lundi, sur le tarmac de l’aérodrome de Marck, avec quatre migrants albanais, dont un enfant de trois ans, alors qu’ils s’apprêtaient à décoller pour l’Angleterre à bord du petit avion. Son complice avait été interpellé à proximité de l’aérodrome avec sa femme qui, elle, avait été mise hors de cause.