Nord: Deux bassins de stockage pour éviter les inondations en Métropole de Lille

INTEMPERIES La Métropole de Lille lance deux chantiers à Roubaix et Tourcoing pour améliorer la gestion des eaux pluviales…

Gilles Durand

— 

Le chantier du bassin de stockage de Roubaix.
Le chantier du bassin de stockage de Roubaix. — Métropole européenne de Lille

Une véritable « cathédrale souterraine », selon les dires de la Métropole de Lille (Mel). La communauté urbaine lilloise a présenté, la semaine dernière, l’avancée des travaux d’un chantier emblématique concernant la lutte contre les inondations.

Un chantier de 10 millions d’euros

Pour l’instant, ce n’est qu’un gigantesque trou, au cœur de Roubaix, mais d’ici la fin 2018, l’ouvrage deviendra un bassin de rétention d’eau géant, baptisé Brondeloire. Ses dimensions : 27 mètres de profondeur pour un diamètre de 37 mètres, soit une capacité de stockage de 23 millions de litres. Coût du chantier : 10 millions d’euros.

>> A lire aussi : Bientôt la fin d'un égout à ciel ouvert à Roubaix

« Aujourd’hui, une bonne partie des inondations sur le territoire de la métropole est résorbée par 130 bassins de stockage, mais certains secteurs très urbanisés sont encore exposés aux risques », explique la Mel. C’est le cas notamment du quartier du Trichon, à Roubaix, où est construit ce bassin qui sera enterré sous un nouveau parc urbain.

Environ 12.000 habitants concernés

Deux autres quartiers sont soumis aux aléas des intempéries : le Blanc Seau à Tourcoing et le quai des Alliés à Wasquehal. En comptant le Trichon de Roubaix, ce ne sont pas moins de 12.000 habitants qui se retrouvent parfois les pieds dans l’eau. Cet été doit commencer la construction d’un ouvrage similaire à Tourcoing, le bassin de Melbourne, qui prendra place sous un complexe sportif.

Mais les inondations ne sont pas les seuls problèmes auxquels ces bassins devront faire face. « L’ouvrage est un bel exemple d’une double utilité car il améliore aussi la dépollution des eaux issues des événements pluvieux », souligne Bertrand Galtier, directeur général de l’Agence de l’Eau.

En effet, le ruissellement des eaux pluviales dans les sous-sols, souvent pollués par les industries d’autrefois, engendre aussi une pollution diluée. « Les bassins doivent donc limiter le déversement des eaux usées dans les cours d’eau », explique la Mel.