Roubaix : Pompiers et policiers pris pour cible, trois interpellations

SECURITE Une équipe d’intervention des pompiers et un véhicule de police ont été pris pour cible lundi soir à Roubaix…

Olivier Aballain

— 

Le véhicule caillassé à Roubaix le soir du 3 juillet 2017
Le véhicule caillassé à Roubaix le soir du 3 juillet 2017 — CGT SDIS-59
  • Une équipe de pompiers et un véhicule de police ont été pris pour cible lundi 3 juillet à Roubaix (Nord)
  • Trois suspects ont été interpellés après usage de la vidéosurveillance
  • Le syndicat CGT des pompiers dénonce une « surenchère de violence pour le personnel »

Certains pompiers parlent de « guet-apens ». Un véhicule d’intervention du service incendie (SDIS-59) et une voiture de police ont été pris pour cible, dans la nuit de lundi à mardi, dans le quartier de l’Épeule à Roubaix (Nord). Trois individus, jeunes majeurs, ont été interpellés.

Les pompiers avaient été appelés pour un feu de poubelle dans la rue des Ogiers. Comme c’est désormais l’usage, ils se sont déplacés accompagnés d’un équipage de policiers. Cependant les deux véhicules ont été caillassés par plusieurs individus, occasionnant un bris de vitre et des dommages sur les carrosseries, d’après une source policière.

>> A lire aussi : Deux équipes de pompiers agressés lors d'interventions à Fourmies et Roubaix

Dans un courrier adressé à la hiérarchie du SDIS-59, le syndicat CGT des pompiers regrette que « ces agissements deviennent coutume sur le secteur, avec une surenchère de violence et de dangerosité pour le personnel ».

Utilisation de la videosurveillance

Les suspects ont été appréhendés moins d’une heure après le caillassage, grâce à l’utilisation de la vidéosurveillance. « Un attroupement a été observé vers 00h10 à l’angle de la rue », indique une source policière, qui assure que les individus rassemblés étaient munis de cailloux. Selon les services de la sécurité publique, les renforts policiers dépêchés sur place ont pu prendre l’attroupement en tenaille. Leur arrivée a provoqué une fuite généralisée et permis l’interpellation de trois suspects âgés de 19, 20 et 21 ans, dont deux sont déjà connus des services de police.

Ils pourront être poursuivis, estiment les enquêteurs, pour leur « participation à un attroupement en vue de commettre des violences volontaires », un délit passible d’un an de prison et 15.000 euros d’amende. La Voix du Nord précise que le SDIS-59 a déposé une plainte. Dans sa lettre, la CGT pompiers « remercie » les policiers pour le travail réalisé, mais regrette que l’administration reste « toujours dans la réaction et non dans l’anticipation ». En conséquence, le syndicat réclame une réunion du comité hygiène et sécurité.