INFOGRAPHIE. Arras : Record de fréquentation sur trois jours pour le «Main Square»

LOISIRS La direction du Main Square, festival de musiques actuelles, a annoncé avoir attiré 125.000 fans à Arras, du 30 juin au 2 juillet…

Olivier Aballain

— 

Thom Yorke et Radiohead au festival de Glastonbury (Royaume-Uni) le 23 juin 2017
Thom Yorke et Radiohead au festival de Glastonbury (Royaume-Uni) le 23 juin 2017 — REX/Shutterstock

Le Main Square Festival d’Arras, qui présentait comme têtes d’affiche Radiohead et System of a Down, a attiré 125.000 festivaliers, un record pour les trois jours, a appris l’agence AFP, ce lundi, auprès de l’organisation.

« Cette 13e édition, la 8e organisée à la citadelle [d’Arras], est celle du record », a résumé le directeur du festival, Armel Campagna. « Cette année, on avait une jauge plus élevée, on a été complet en avance, pour nous c’est un succès d’estime très fort », a-t-il ajouté. En 2015 et 2016, le festival avait attiré 120.000 personnes, et 135.000 sur 4 soirées, en 2014.

« Petit » site, grosse ambiance

Pour assister à l’intégralité du festival, qui s’est tenu du 30 juin au 2 juillet, les festivaliers devaient débourser 129 euros (54 ou 69 euros pour un seul jour).

La prochaine édition aura lieu les 6, 7 et 8 juillet 2018, toujours à la citadelle d’Arras, construite par Vauban au XVIIe siècle et classée au patrimoine mondial de l’Unesco.

« C’est un gros festival dans un petit écrin », a estimé Armel Campagna. La superficie consacrée au Main Square est de 11 hectares environ, contre 100 hectares pour 230.000 festivaliers à Dour, en Belgique. A contrario, les Vieilles Charrues, le plus gros festival français qui se tient tous les étés à Carhaix (Finistère), a rassemblé 278.000 fans sur 8 hectares (hors camping) en 2016...

>> A lire aussi : Les chiffres hallucinants des Vieilles Charrues

Selon le bilan de la préfecture du Pas-de-Calais, 551 festivaliers ont été pris en charge par les secouristes, dont 25 ont été évacués vers des centres hospitaliers pour des blessures légères ou des malaises. Mais « il n’y a eu aucune évacuation en urgence absolue », ont souligné les services de l’Etat.