Nord: Xavier Bertrand sollicite le gouvernement pour éviter la fermeture d'une usine

ECONOMIE Le président de la région Hauts-de-France est prêt à aider financièrement la reprise de l’usine de métallurgie Tim, près de Dunkerque…

Gilles Durand

— 

L'usine Tim, à Quaëdypre.
L'usine Tim, à Quaëdypre. — Google Maps

Le libéralisme a ses limites. Xavier Bertrand, président (LR) de la région Hauts-de-France, a envoyé, mercredi, un courrier au ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, pour lui demander « un signal fort » concernant le redressement judiciaire de l’usine métallurgique Tim de Quaëdypre, près de Dunkerque.

Négociations avec Caterpillar

L’avenir de cette entreprise, où travaillent près de 500 salariés, est entre les mains du tribunal de commerce de Lille Métropole. Lors de l’audience, qui s’est tenue mercredi, la disparition de ce site industriel a été évoquée, selon Xavier Bertrand.

>> A lire aussi : Une usine de 500 salariés menacée de fermeture près de Dunkerque

Dans cette affaire, Tim a également assigné en justice son principal client, la société Caterpillar, à qui elle réclame 130 millions d’euros, considérant avoir le statut d'« atelier déporté » du géant américain.

Avance remboursable

Xavier Bertrand demande au gouvernement de faire en sorte que « la médiation engagée depuis plusieurs semaines » avec Caterpillar « puisse aboutir favorablement et faire émerger un projet industriel ». Le président assure que « la région est prête à s’engager financièrement, notamment par le biais d’une avance remboursable pour tout projet industriel sérieux qui serait de nature à maintenir l’activité et les emplois existants ».

Par ailleurs, l’administrateur judiciaire a reçu deux offres de reprise : l’une de la part de l’actuel propriétaire de Tim, le groupe allemand Frizmeier ; l’autre du groupe Atlas, propriété d’un industriel bulgare. Le nom d’un éventuel repreneur devrait être connu le mercredi 12 juillet.