Lille: La «carte de solidarité» enfin lancée dans la métropole

SOCIÉTÉ Cette initiative permet d’offrir des repas aux SDF en mangeant au restaurant…

Mikael Libert

— 

La carte de fidélité pour aider les sans-abris.
La carte de fidélité pour aider les sans-abris. — M.Libert / 20 Minutes
  • La carte remplie, un repas est offert aux personnes en difficulté sous forme de don au SAMU social
  • Six restaurants ont adhéré à cette initiative solidaire

Fidéliser la solidarité. Il y a presque un an, 20 Minutes avait consacré un article à l’association « La carte de solidarité ». Son projet était de créer une carte de fidélité dans des restaurants permettant d’offrir son repas gratuit aux personnes dans le besoin. Il lui aura fallu du temps, mais aujourd’hui, c’est du concret.

Trouver des restaus a pris du temps

Lever des fonds pour développer le projet n’aura pas été l’étape la plus difficile. La campagne de l’association sur Ulule lui a permis de lever 5.000 euros sur les 4.000 attendus. « Ce qui a pris le plus de temps, c’était de trouver des restaurants partenaires, d’aller les voir et de leur expliquer notre idée », confie Romain Aymard, président de l’association.

Pour rappel, la carte de solidarité se présente sous la forme d’une application pour smartphones (iOS, Android). A chaque fois qu’un utilisateur va manger dans un établissement partenaire, il valide un tampon virtuel. Au bout d’un certain nombre de tampons (défini par les restaurateurs), un repas est offert aux personnes en difficulté sous forme de don au SAMU social de Lille.

Six partenaires déjà disponibles

A l’heure actuelle, six restaurants ont adhéré à cette initiative solidaire. « Au moins autant sont en instance de signature sur un objectif d’une cinquantaine que nous nous étions fixés avant la fin de l’année », explique Romain Aymard.

« C’est une manière d’apporter notre petite pierre à l’édifice de la solidarité, assure Gaël, gérant du Happy f’eat, rue de l’Hôpital militaire, à Lille. Et c’est facile d’utilisation, on n’a pas besoin d’y passer trop de temps », poursuit-il.

Pour Ophélie, du Waf café, rue de la Barre, à Lille, « C’est du gagnant-gagnant. Le restaurateur fidélise ses clients et les clients ne payent pas plus cher », s’enthousiasme celle qui est devenue la VRP de l’application auprès des visiteurs de son établissement.

Sans communiquer sur le dispositif, « La carte de solidarité » a déjà été téléchargée par environ 250 personnes. Dans la logique de sa démarche, Romain Aymard espère pourvoir embaucher une personne à mi-temps dès 2018 pour s’occuper de développer son application. « Après Lille, nous comptons aussi nous implanter dans d’autres villes », promet-il.