Nord: Vols, violences et extorsion au menu des faits divers

FAITS DIVERS Dans la métropole lilloise, les policiers n'ont pas chômé ces derniers jours...

Mikael Libert

— 

Pas de répit pour les agressions (illustration).
Pas de répit pour les agressions (illustration). — FRED SCHEIBER / 20 MINUTES

L’arrivée de l’été n’a pas calmé les esprits. 20 Minutes a recensé les faits divers survenus au cours des dernières 24h.

Il vole son téléphone et veut lui revendre

On commence à Roubaix. Mercredi après-midi, un jeune homme de 18 ans s’est fait dérober son téléphone portable par un individu qui n’a pas hésité à user de violence. La victime a ensuite été contactée par le voleur ou un complice qui lui a proposé de lui rendre son bien moyennant une somme d’argent. Un rendez-vous a été fixé pour la transaction, rue de l’Epeule.

En amont de la rencontre, des policiers de la BAC ont monté un dispositif de surveillance afin de coincer le voleur. A l’heure prévue, vers 15h15, deux individus ont abordé la victime sous les yeux des fonctionnaires qui les ont aussitôt interpellés. Sur l’un d’eux a été retrouvé le téléphone dérobé. Âgés de 23 et 24 ans et inconnus de la justice, ils ont été placés en garde à vue.

Interpellé par des ouvriers

Toujours à Roubaix, ce mercredi. Vers 17h, des ouvriers qui travaillaient sur un chantier de rénovation, boulevard du général de Gaulle ont repéré un individu qui traînait au deuxième étage du bâtiment. Avant d’appeler la police, ils ont intercepté l’homme, âgé de 29 ans. Ce dernier a bien tenté de négocier sa liberté en échange d’un téléphone portable. En Vain.

Quand les forces de l’ordre sont arrivées pour le cueillir, elles ont trouvé sur le mis en cause deux téléphones, dont l’un avait été volé. L’homme, déjà connu des services, a été interpellé et placé en garde à vue.

Dépouillé par trois hommes et une femme

On part à Lille, rue de Courtrai. Dans la nuit de mercredi à jeudi, un homme de 20 ans a été agressé par deux hommes et une femme porteurs d’une arme de poing et d’un couteau. Plus tard, la victime a déclaré aux policiers de la BAC qu’elle avait été menacée et frappée avant de se faire ceinturer par l’un des agresseurs pendant que la femme de la bande lui dérobait ses effets personnels.

Le jeune homme a accompagné les agents de la BAC pour tenter de retrouver les membres du petit groupe. Trois d’entre eux, tous connus de la police, ont été rapidement repérés et interpellés. Les deux hommes, âgés de 31 et 45 ans, et la femme, âgée de 30 ans, ont été placés en garde à vue.