Calais: Le parquet fait appel de la dispense de peine prononcée pour Béatrice Huret

JUSTICE Le parquet de Boulogne-sur-Mer a confirmé son intention de contester la dispense de peine prononcée contre Béatrice Huret…

O.A. avec AFP

— 

Béatrice Huret est jugée pour avoir aidé au passage d'un réfugié en Grande-Bretagne.
Béatrice Huret est jugée pour avoir aidé au passage d'un réfugié en Grande-Bretagne. — M.Libert / 20 Minutes

Béatrice Huret n’en a pas terminé avec la justice. Le parquet de Boulogne-sur-Mer a décidé de faire appel dujugement du tribunal de cette ville, mardi, qui a dispensé de peine cette femme de 44 ans, jugée pour avoir aidé un migrant iranien à gagner l’Angleterre par bateau, a-t-on appris ce mercredi de sources concordantes.

>> A lire aussi : Les deux amoureuses, le No-Border et le passeur

Avec trois autres prévenus, Béatrice Huret a comparu pour avoir notamment acheté un bateau permettant le passage vers l’Angleterre d’un homme dont elle était amoureuse. Reconnue coupable « d’aide à l’entrée, à la circulation ou au séjour irréguliers d’un étranger en France », elle a été dispensée de peine, comme un militant de l’organisation No Border.

Les magistrats n’ont pas retenu les circonstances aggravantes de « bande organisée » ou de « mise en danger d’autrui »

Appel pour les 4 prévenus

« J’ai croisé à l’audience la substitut Camille Gourlin », qui avait requis contre Béatrice Huret, « elle m’a confirmé que le parquet [les services du procureur de la République] ferait appel », a déclaré à l’agence AFP l’avocate de la prévenue, Me Marie-Hélène Calonne.

Le parquet de Boulogne-sur-Mer a confirmé dans la foulée cette décision, qui concerne « les quatre prévenus », et non seulement Béatrice Huret. Le ministère public avait demandé un an de prison avec sursis à l’encontre de cette habitante du Calaisis qui a dit avoir agi « par amour » pour l’Iranien qu’elle avait aidé.

Un autre exilé iranien a été condamné à trois ans de prison dont 16 mois avec sursis. Les enquêteurs avaient notamment mis la main sur 16.000 livres (18.000 euros) provenant de deux passages de migrants. Sa compagne a été condamnée à six mois d’emprisonnement avec sursis.