Lille: Qui est Brigitte Bourguignon, candidate au «perchoir» de l'Assemblée Nationale?

POLITIQUE L'élue nordiste pourrait devenir mardi la première femme présidente de l'Assemblée nationale...

Francois Launay
— 
Brigitte Bourguignon est députée du Pas-de-Calais depuis 2012
Brigitte Bourguignon est députée du Pas-de-Calais depuis 2012 — DOMINIQUE FAGET / AFP
  • Passée du PS à En Marche! en quelques jours, Brigitte Bourguignon a peut-être réussi le plus beau coup politique de sa vie
  • Originaire de Boulogne-sur-Mer, la députée est trés engagée au niveau associatif

Soudaine et inattendue. Dans le Pas-de-Calais, la conversion de Brigitte Bourguignon à La République en marche (LREM) a surpris. Il faut dire qu’il y a seulement deux mois, l’ex-socialiste défendait encore les couleurs de Benoît Hamon lors de la présidentielle.

>> A lire aussi : Parlement: Vers l'élection d'une femme à la présidence de l’Assemblée nationale?

Mais le premier tour passé, la députée a tourné casaque pour soutenir Emmanuel Macron et être investie puis réélue dans la 6e circonscription du Pas-de-Calais sous les couleurs de LREM. Un changement brutal de cap qui continue de faire grincer des dents au PS.

« Une militante socialiste qui porte le masque séduisant d’Emmanuel Macron »

« C’est une militante socialiste qui porte le masque séduisant d’Emmanuel Macron. Nous avons eu des élections carnaval où il suffisait de mettre un masque pour cacher le poing et la rose et hop, on était élu. Tant mieux pour les talentueuses girouettes», ironise Daniel Percheron, ancien président socialiste de la région Nord-Pas-de-Calais.

Pourtant, c’est en faisant la « girouette » que Brigitte Bourguignon va peut-être réussir le plus beau coup politique de sa vie. Mardi, cette femme de 58 ans pourrait devenir la première femme élue présidente de l’Assemblée nationale. L’aboutissement d’un parcours commencé en bas de l’échelle sociale.

Des origines modestes

« C’est une fille d’ouvrier qui a dû commencer à travailler très tôt comme secrétaire médicale. C’est vraiment à force de travail qu’elle a gravi les différents échelons. Si j’étais un citoyen désabusé par la politique, voir des personnes comme Brigitte émerger, ça me réconcilierait », se réjouit Vincent Léna, ex-conseiller régional (PS) du Nord-Pas-de-Calais et proche de la députée.

Originaire de Boulogne-sur-Mer, Brigitte Bourguignon a longtemps travaillé comme fonctionnaire territoriale au conseil général du Pas-de-Calais. Elle se forme en politique aux côtés de Frédéric Cuvillier, ex-ministre de François, et maire de Boulogne-sur-Mer dont elle a été l’adjointe. Mais c’est surtout son engagement social qui caractérise l’ancienne socialiste.

Une militante associative

« J’ai mené plusieurs combats avec elle notamment au sein de l’association "Faut qu’on s’active" qui a milité pour le combat à mourir dans la dignité suite à l’affaire Vincent Humbert. C’est quelqu’un qui a des engagements forts », assure Yann Capet, ex-député socialiste du Pas-de-Calais.

« C’est une entrepreneuse du social. Avec elle, il faut qu’il y ait de l’action. Elle a beaucoup innové dans ce domaine notamment en créant "Les Paniers de la mer ", une association qui recycle les invendus de la criée de Boulogne-sur-Mer pour en faire de l’aide alimentaire. Ça lui a permis de créer des dizaines d’emplois dans le domaine de l’insertion », poursuit Vincent Léna.

Un gros caractère

Reste à savoir si son expérience du terrain lui suffira à l’Assemblée nationale. Méconnue du grand public, beaucoup se demandent si, en cas d’élection au « perchoir », Brigitte Bourguignon aura les épaules pour se faire entendre dans l’hémicycle face à des tribuns comme Jean-Luc Mélenchon ou Marine Le Pen.

« Je n’ai aucun doute là-dessus. Certains paient encore le fait de l’avoir sous-estimé. C’est une femme à poigne. Elle a du caractère mais pas en disant "poussez-vous de là j’arrive". Au contraire, souvent on ne la voit pas arriver », sourit Vincent Léna.

La preuve, il y a encore quelques semaines, personne n’aurait imaginé Brigitte Bourguignon au « perchoir » de l’Assemblée nationale. Sans prévenir, elle n’est plus qu’à quelques marches de l’un des postes les plus prestigieux de la Ve République, le 4e dans l'ordre protocolaire.