VIDEO. Hauts-de-France: La région continue à réclamer l’enseignement du flamand

EDUCATION Xavier Bertrand, le président des Hauts-de-France, a de nouveau demandé au ministère de l’Éducation nationale de considérer le flamand en tant que langue régionale…

Olivier Aballain
— 
Marcq-en-Baroeul, le 13 juin 2013. Un cours dans une classe de première de l'éŽcole bilingue Jeannine-Manuel.
Marcq-en-Baroeul, le 13 juin 2013. Un cours dans une classe de première de l'éŽcole bilingue Jeannine-Manuel. — M.LIBERT/20 MINUTES
  • Le Flamand occidental est encore parlé par 40.000 personnes dans le département du Nord
  • L'Éducation Nationale a jusqu'ici toujours refusé de l'inscrire parmi les langues régionales «officielles»
  • Xavier Bertrand a écrit au nouveau ministre de l'Éducation Nationale pour demander cette inscription

C’est un combat toujours recommencé pour les élus nordistes. Xavier Bertrand a interpellé le nouveau ministre de l’Éducation nationale la semaine dernière au sujet de l’enseignement du flamand occidental à l’école.

Les deux Flandres françaises
Les deux Flandres françaises - O. Aballain / 20 Minutes / Google

Le président (LR) des Hauts-de-France avait essuyé un refus de la ministre précédente, Najat Vallaud Belkacem (PS), à sa demande de mise en place d’un enseignement de cette langue régionale à l’école primaire.

Bon pour l’économie

Dans son courrier, envoyé le 19 juin au ministre Jean-Michel Blanquer, Xavier Bertrand fait de nouveau valoir « l’atout économique évident » que constitue cette langue, compte tenu notamment de la santé florissante de la Flandre occidentale belge. Trois communes du Nord ont d’ailleurs décidé de faire réinstaller une signalétique bilingue sur leur territoire.

En outre, selon le président de région, la maîtrise du flamand occidental favoriserait l’apprentissage des « langues germaniques officielles » (il cite l’anglais, le néerlandais et l’allemand) du fait de leur proximité.

Treize langues acceptées par l’Éducation nationale

A l’instar de l’ancien député du Nord Jean-Pierre Decool (divers droite), Xavier Bertrand réclame donc l’intégration du flamand parmi les langues régionales susceptibles d’être enseignées à l’école. En avril 2017, dans la dernière version de la circulaire dite « de 2001 », qui recense ces enseignements possibles, 13 langues ou groupes de langues locales étaient recensés, dont les « langues régionales des pays mosellans ».

La décision n’est pas seulement une question de principe : si le flamand occidental était ajouté à liste, il faudrait prévoir l’option ad hoc dans la formation des maîtres.

Le gouvernement avait déjà retoqué la demande en janvier 2016, craignant un effet « concurrentiel négatif » qui nuirait à l’enseignement du… néerlandais. Seule une « expérimentation » est maintenue dans trois écoles publiques du département. lon la chaîne régionale Wéo, il subsiste 40.000 locuteurs du flamand dans la région.

* Les treize langues régionales susceptibles de faire l’objet d’un enseignement de l’Éducation nationale sont : le basque, le breton, le catalan, le corse, le créole, le gallo (dialecte de la Haute-Bretagne), l’occitan-langue d’oc, les langues régionales d’Alsace, les langues régionales des pays mosellans, le tahitien, les langues mélanésiennes (drehu, nengone, païci, aïje), ainsi que le wallisien et le futunien.