Après l'accident mortel sur l'A16, le ministre de l'Intérieur annonce qu'il va aller à Calais

POLITIQUE La mort d'un conducteur sur l'A16, en lien avec les problèmes migratoire, incite Gérard Collomb à se rendre prochainement à Calais...

G.D. avec AFP
— 
La carcasse carbonisée du véhicule accidenté sur l'A16, le 20 juin 201. Le conducteur est décédé.
La carcasse carbonisée du véhicule accidenté sur l'A16, le 20 juin 201. Le conducteur est décédé. — AFP

Il aura fallu attendre un drame. Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, a annoncé, ce mardi, qu’il se rendrait « prochainement » à Calais, où un conducteur est mort dans un accident sur l’autoroute A16. Un barrage y avait été installé par des migrants, au cours de la nuit.

A Calais et Vintimille

« Je vais aller d’une part à Calais et d’autre part à Vintimille » c’est-à-dire « là où se trouvent les points de fixation » des migrants en France, a déclaré Gérard Collomb, à l’issue d’une visite de l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides) à Fontenay-sous-Bois, dans le Val-de-Marne.

Il a qualifié « d’incident tragique » la mort, pour la première fois dans le Calaisis depuis le début de la crise migratoire en 2014, d’un conducteur routier après l’érection d’un barrage.

Une « reprise des incidents à Calais »

« On ne peut pas laisser perdurer ces atteintes à la légalité », a-t-il ajouté, en allusion à une « reprise des incidents à Calais » depuis plusieurs jours, avec « des intrusions dans un certain nombre d’enceintes portuaires, ou des tentatives pour pouvoir monter dans des camions ». « Il faut qu’ils (les responsables, NDLR) soient poursuivis devant les tribunaux » car « qu’on soit migrant ou français, on respecte la loi française », a-t-il dit.

>> A lire aussi : Le Défenseur des droits indigné du traitement réservé aux exilés à Calais

Ce déplacement intervient aussi alors qu’associatifs et personnalités s’inquiètent de violences policières visant les migrants à Calais. Gérard Colllomb devait rencontrer, dans la matinée, le Défenseur des Droits Jacques Toubon, qui a dénoncé des atteintes aux droits « d’une inédite gravité » la semaine dernière.