VIDEO. Calais: Une voiture traverse la Manche par les airs (et on va pouvoir l’acheter)

TRANSPORTS Un mariage de buggy et d'ULM a réussi la traversée de la Manche ce mercredi...

Olivier Aballain

— 

Le buggy sol-air de Vaylon
Le buggy sol-air de Vaylon — Vaylon

Cela fait dix ans que Jérôme Dauffy en rêvait. Ce patron d’une start-up parisienne, Vaylon, a réussi, ce mercredi matin, une traversée de la Manche en voiture, et par les airs. Son « Pégase », un mariage entre un buggy quatre-roues et un engin ULM, s’est posé un peu avant 9h du matin en Angleterre, après moins d’une heure de traversée, raconte la Voix du Nord.

Auparavant, la veille au soir, la voiture avait rallié Ambleteuse (Pas-de-Calais) depuis Paris. Tout simplement par la route.

L’engin a ensuite pris son envol au-dessus de la Manche vers 8h depuis l’aérodrome local. « C’est un rêve qui se réalise après des heures de travail et des nuits sans sommeil », a réagi un ingénieur nordiste, Jérémy Foiche, directeur technique et cofondateur de la start-up Vaylon.

Décollage en moins de cent mètres

L’entreprise en est déjà à son deuxième prototype, développé en collaboration avec Peugeot, et soutenu (entre autres) par le ministère de la Défense. Car le véhicule, qui ne pèse que 450 kilogrammes, possède des caractéristiques précieuses sur le terrain militaire : il est capable de décoller sur moins de 100 mètres, et d’atterrir en moins de 30 mètres en emportant une charge de 150 kilos.

Le Pégase file à 90 km/h sur route et à 70 km/h en l’air, à une altitude pouvant atteindre les 3.000 mètres. Inutile pour autant d’imaginer prendre son envol pour éviter les bouchons aux abords de la métropole lilloise : l’engin est classé dans la catégorie des ULM, et se pilote avec un brevet ad-hoc.

>> A lire aussi : Le projet (un peu compliqué) pour restreindre la circulation autour de Lille en cas de pollution

La traversée de la Manche devrait néanmoins offrir une belle vitrine à l’entreprise, qui vise un marché où le militaire ne pèserait que 20 % des ventes. Le patron indiquait en 2016, au site internet latribune.fr, qu’il espérait écouler 150 exemplaires de son engin par an, à l’horizon 2021. Le prix du prototype était évalué, en 2016, autour des 100.000 euros.