Pas-de-Calais : Les puces ont les gendarmes sur le dos

FAITS DIVERS Les militaires ont fait d’intéressantes trouvailles sur un marché aux puces à Aire-sur-la-Lys…

Mikaël Libert

— 

Les objets saisis par les gendarmes du Pas-de-Calais sur une brocante.
Les objets saisis par les gendarmes du Pas-de-Calais sur une brocante. — Gendarmerie Nationale

Il fait beau, les puces sortent. Dimanche 4 juin dernier, les forces de l’ordre ont fait une descente sur le marché aux puces d’Aire-sur-la-Lys, près de Béthune, dans le Pas-de-Calais a-t-on appris ce mardi. Dans leur viseur, les objets de contrefaçon. Le moins que l’on puisse dire, c’est que gendarmes et douaniers ne se sont pas déplacés pour rien.

Qu’on les appelle puces, braderies ou brocantes ne change rien, on ne peut pas y faire n’importe quoi. C’est un peu pour marquer le coup que les gendarmes de la brigade d’Aire-sur-la-Lys, accompagnés par des douaniers, ont fait une inspection en règle du marché aux puces local qui rassemblait environ 450 vendeurs de tous poils.

Beaucoup d’infractions, peu de contrefaçons

Pour ce qui concerne les contrefaçons, les services des douanes n’ont relevé qu’une infraction pour des produits dont la nature n’a pas été précisée. En revanche, les gendarmes ont eu davantage de travail avec la constatation de « multiples infractions, en particulier celle d’exécution d’un travail dissimulé par dissimulation d’activité », expliquent-ils sur leur page Facebook.

>> A lire aussi : Les tops et les flops des saisies de la douane lilloise sur la braderie

Les militaires sont d’abord tombés sur le dos de deux bradeux qui vendaient des verres de bière « sans être déclarés pour réaliser de telles transactions », ont-ils précisé. Les individus sont par ailleurs accusés de « concurrence déloyale vis-à-vis des personnes proposant à la vente le même genre d’articles et se soumettant au paiement des différentes charges liées à cette profession ».

Cannabis et handspinner

Sur un autre stand, les yeux des gendarmes ont été attirés par d’étranges vêtements : « Leur flocage prônait l’usage du cannabis ce qui constitue une infraction pénale ». Au même endroit, le vendeur proposait des handspinner manifestement pas aux normes françaises car dépourvus de marquage « CE » ou « NF » et pour lesquels l’individu ne disposait d’aucune facture d’achat.

>> A lire aussi : Les derniers ajustements de la Grande Braderie 2017

Un autre bradeux proposait, lui aussi, ce jouet très à la mode en ce moment mais sans l'« affichage réglementaire ». En tout, les militaires d’Aire-sur-la-Lys ont saisi « près de 200 handspinner », environ 450 verres à bière et les vêtements cannabis friendly.