Le grand stade fait des euros

Olivier Aballain - ©2008 20 minutes

— 

On y voit un peu plus clair. Marc-Philippe Daubresse, premier vice-président (UMP) de la communauté urbaine (LMCU), a soulevé hier un coin du voile qui repose sur les projets des deux candidats qui restent dans la course à la réalisation du grand stade. Celui de Vinci semblant être hors course.

Le projet Bouygues, favori, coûterait à la communauté urbaine 10,7 millions d'euros par an sur trente et un ans. Déduction faite d'une aide de 45 millions d'euros du conseil régional, et d'une contribution annuelle du Losc de 7,5 millions d'euros. « Le club a accepté d'augmenter sa participation à un niveau plus raisonnable », a estimé Marc-Philippe Daubresse. Initialement fixée à un million d'euros, la part du Losc intègre désormais la location du nom du stade à un partenaire privé du club (le « naming »).

Le deuxième projet dans les clous, celui d'Eiffage, coûterait à LMCU trois millions d'euros de plus par an. Une différence qui, selon Marc-Philippe Daubresse, vient en partie de la participation de la caisse des dépôts au consortium Bouygues-Norpac : « Cet organisme a des conditions de financement plus avantageuses. » Mais le projet d'Eiffage intègre une salle omnisports en plus du stade. « Cela peut valoir le coup », estime Marc-Philippe Daubresse. Pas sûr cependant que quelqu'un accepte de payer le surcoût, surtout que la durée du partenariat est passée d'un coup de trente à trente et un ans. Soit une rallonge de 10,7 millions minimum. Réponse en communauté urbaine le 1er février.