Et si vous vous installiez en bord de canal ? Deux maisons éclusières se cherchent un projet

TERRITOIRES Voies navigables de France aimerait donner une nouvelle vie aux maisons éclusières laissées vides par l'automatisation...

Olivier Aballain

— 

Le canal de la Sambre, à Rejet-de-Beaulieu (Nord)
Le canal de la Sambre, à Rejet-de-Beaulieu (Nord) — Google Street View
  • Voies navigables de France veut redonner vie à des maisons éclusières vides dans le Nord
  • Tourisme, sport, loisirs, culture: de nombreux projets peuvent être développer sur ces terrains en bord de canal

C’est peut-être l’équivalent, dans les Hauts-de-France, du meilleur job du monde. Voies navigables de France (VNF) vient de lancer un appel à projets pour « trouver une nouvelle vocation » à deux maisons éclusières installées au bord de la Sambre.

Ces maisons, laissées vides par l’automatisation des écluses, peuvent à présent accueillir de nouvelles activités pour participer, notamment, au développement touristique de leur territoire. Hébergements de gîtes, chambres d’hôtes, restauration, culture, artisanat, loisirs sportifs, cyclotourisme… Le spectre d’activité potentiel est très large.

Des succès en Bourgogne, en Picardie, en Bretagne

« Tout est envisageable en fonction des projets présentés », explique Claire Sénécaut, en charge de la cellule tourisme à VNF Nord-Pas-de-Calais. Les candidats pourront notamment discuter des éventuels aménagements à réaliser, la redevance d’occupation étant négociée ensuite avec VNF, l’organisme Réussir Val-de-Sambre et la commune concernée.

Un appel similaire avait déjà été lancé en bord de Lys, avec un projet autour du cyclotourisme « en cours de finalisation », selon VNF, à Haverskerque, près de Morbecque (Nord). Voies navigables de France dit s’inspirer de revitalisations similaires réussies « notamment en Bourgogne, en Bretagne et dans la Somme ».

Deux maisons sont proposées dans le Nord, l’une récemment rénovée à Rejet de Beaulieu, au sud-est du Cateau-Cambrésis, et l’autre à Maroilles. Le dossier de candidature, à télécharger sur www.nordpadecalais.vnf.fr, est à renvoyer avant le 2 octobre. Si tout se passe bien, les installations pourront avoir lieu en 2018 et 2019.