Les conditions météo donnent du fil à retordre aux sauveteurs en mer

TEMPËTE Entre grosse mer et comportements à risque, la préfecture maritime appelle à la responsabilité…

Mikael Libert

— 

Le Cap Gris Nez, le 7 mars 2012. Le Centre Régional Opérationnel de Sauvetage et de Surveillance (CROSS).
Le Cap Gris Nez, le 7 mars 2012. Le Centre Régional Opérationnel de Sauvetage et de Surveillance (CROSS). — M.LIBERT/20 MINUTES

C’est pas l’homme qui prend la mer. Depuis deux jours, le littoral est balayé par des vents forts.

Les rafales y ont dépassé, par endroits, les 100 km/h, ce qui n’a pourtant pas refroidi les amateurs de glisse. Du coup, certains imprudents ont été mis en difficulté par une mer très agitée.

Paddle dans la panade

Mardi, vers 19h, le Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage (CROSS) Gris-Nez a reçu l’appel d’un témoin qui avait repéré deux personnes en paddle dans une situation délicate à Malo-les-Bains, près de Dunkerque, dans le Nord.

Assisté par les gros yeux du sémaphore de Dunkerque, le CROSS a suivi de près l’évolution de leur situation. Elles ont finalement réussi à rejoindre le rivage par leurs propres moyens une quarantaine de minutes après le déclenchement de l’alerte.

Surfeur en galère

Tôt ce mercredi, le CROSS a reçu un autre appel. Un témoin l’a alerté sur la mauvaise posture d’un surfeur au niveau de la commune d’Etretat, en Seine-Maritime. Celui-ci se débattait dans une mer déchaînée à environ 500 m de la côte.

Les conditions météorologiques étant « particulièrement mauvaises sur zone », le CROSS a immédiatement dépêché sur place l’hélicoptère de la Marine nationale stationné au Touquet. Côté mer, c’est le canot tous temps des sauveteurs (SNSM) de Fécamp qui a été mobilisé.

>> A lire aussi : Un homme disparaît lors d’une sortie de plongée à Boulogne-sur-Mer

Après une vaine première tentative pour rejoindre le rivage, le surfeur s’est volontairement laissé emporter au large pour éviter de terminer écrasé contre les rochers. Vers 10h, il a pu être hélitreuillé par l’hélicoptère de la Marine et déposé à terre où il a été pris en charge par les pompiers pour une légère hypothermie.

Les règles de base

Pour éviter de se mettre en danger, la préfecture maritime déconseille de « pratiquer toute activité de loisir nautique par mauvaise météo ». Elle rappelle par ailleurs quelques règles de bon sens :

  • De prendre des renseignements sur la météo et les heures de marée
  • De choisir un « spot » où les vents portent à la côte
  • D’être équipé d’un moyen de communication, VHF ou téléphone étanche
  • D’être équipé d’un moyen de repérage lumineux
  • D’avertir ses proches de sa zone de navigation et de l’heure prévue de retour
  • De vérifier le bon état de son matériel avant de prendre la mer
  • De ne pas partir seul
  • De ne pas abandonner son flotteur