«Cent patates», le concours rêvé des entrepreneurs du numérique

DIGITAL L’accélérateur de start-up Appiway lance un concours ludique et doté de 100.000 euros pour les porteurs de bonnes idées…

Olivier Aballain

— 

Dans les locaux de l'accélérateur Appiway, à Lille
Dans les locaux de l'accélérateur Appiway, à Lille — O. Aballain / 20 Minutes
  • Depuis quatre ans, le « start-up studio » lillois Appiway conçoit et accompagne les produits numériques innovants.
  • En partenariat avec l’accélérateur The Refiners, de la Silicon Valle, Appiway lance un concours doté de 100.000 euros destiné aux entrepreneurs qui s’ignorent.

Les bonnes idées, c’est le fonds de commerce d’Appiway. En quatre ans d’existence au parc Euratechnologies de Lille, ces spécialistes des lancements de produits ou d’applis numériques se sont fait un nom parmi les porteurs de projets.

Certains des poulains qu’ils ont accompagnés à leurs débuts, dont Visiotalent (racheté par Meteojob), Ouistock ou Dejbox, ont fini par lever un million d’euros (ou plus) auprès d’investisseurs.

>> A lire aussi : Ouistock joue les garde-meubles

Cette fois, ils passent à la vitesse supérieure en proposant de financer eux-mêmes celui ou celle qui a « la bonne idée » de demain. Leur concours, doté de 100.000 euros et baptisé « Cent patates », est lancé ce jeudi 1er juin. Et il décoiffe un peu.

Une candidature vidéo, montée en deux minutes (vraiment)

« Nous voulions un format efficace et divertissant pour attirer le plus de candidats possible, à la façon de The Voice [émission de télé-crochet] », explique Romain Sion, co-fondateur et patron d’Appiway. « On est à la recherche de la nouvelle star, qui est peut-être aujourd’hui employée dans une boîte, et qui n’ose pas se lancer ».

La société a conçu une appli mobile pour aider les candidats et candidates à « pitcher » leur idée (présenter rapidement en vidéo) en moins de deux minutes.

Accompagné pas à pas par l’appli, l’utilisateur enregistre de courtes séquences qui seront automatiquement montées par un outil d’Appiway. Une minute après l’enregistrement, la vidéo est disponible.

Grosses références du web

Les vidéos sont postées sur Facebook, Twitter et Instagram, et ensuite la règle est simple : les cent vidéos les plus signalées (« likées ») sur le mois seront qualifiées pour une présentation plus fouillée en dix panneaux (« pitch deck »), et les dix meilleures se retrouveront sur scène, en septembre.

Le lauréat ou la lauréate touchera 50.000 euros d’accompagnement par Appiway, auxquels s’ajouteront 50.000 euros de « l’accélérateur » The Refiners, véritable star de la Silicon Valley.

>> A lire aussi : Le numérique devient une véritable industrie dans les Hauts-de-France

Pour populariser le concours, Appiway se fait aider de belles références du web français, à l’instar de l’école 42 de Xavier Niel ou de Frédéric Mazzella, de BlablaCar. Et pour décontracter tout le monde, des « pitchs » d’essai ont déjà été tournés par Pierre Kosciusko-Morizet (cofondateur de PriceMinister, devenu business angel) ou encore Céline Lazorthes, fondatrice de Leetchi. On croit rêver.