Lille : La police déroule le tapis rouge à un enfant atteint d’un cancer

SANTE Malade d’un cancer rare, le rêve d’Erwan, 12 ans, est de devenir policier…

Mikael Libert

— 

Erwan pose fièrement avec les cavaliers de la brigade équestre.
Erwan pose fièrement avec les cavaliers de la brigade équestre. — M.Libert / 20 Minutes
  • Erwan, douze ans, est atteint d’un cancer au stade 3 (sur 4)
  • Entrer dans la police est son rêve depuis qu’il est petit
  • Touchés par son histoire, les flics nordistes l’ont accueilli avec les honneurs

« Courage, force et honneur ». C’est la devise d’Erwan, un petit garçon de douze ans qui rêve depuis toujours d’entrer dans la police malgré la terrible maladie dont il souffre. Touchés par son histoire, les policiers du Nord lui ont offert une visite guidée du commissariat central de Lille pleine de surprises.

Cancer, stade 3

Mardi, à 14h, les grilles du commissariat central se sont ouvertes pour laisser entrer un visiteur un peu particulier. Erwan, douze ans, n’a pas été moins bien reçu par la police lilloise que s’il avait été ministre de l’Intérieur. Il y a presque un an, les médecins lui ont diagnostiqué un cancer au stade 3 : « Il l’a déclenché deux jours après de décès de sa grand-mère. On se bat depuis neuf mois avec des soins intensifs très durs, explique sa maman, Cindy. On a déjà failli le perdre plusieurs fois. »

Erwan en plein exercice de relevé d'empreintes avec la police scientifique.
Erwan en plein exercice de relevé d'empreintes avec la police scientifique. - M.Libert / 20 Minutes

 

Sur une page Facebook, mère et fils racontent leur histoire avec, en fil rouge, la passion d’Erwan pour la police. Une vocation qui est remontée jusqu’aux oreilles de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) du Nord. « On est très contents de t’accueillir, on aime bien les gens qui se battent ici », déclare Didier Perroudon, le grand patron, à un gamin encore plus ému que lui.

Le Raid, « c’est des costauds »

Pour expliquer sa fascination pour la police, Erwan cherche un peu ses mots : « J’aime bien les uniformes, arrêter des criminels et patrouiller. Mais aussi rigoler avec les collègues », reconnaît-il. Pour lui, les stars incontestées sont les gars du Raid : « je les ai déjà rencontrés, c’est des costauds », plaisante-t-il.

Erwan assiste à une démonstration de la brigade canine.
Erwan assiste à une démonstration de la brigade canine. - M.Libert / 20 Minutes

Il fait ensuite le tour des services : brigade équestre, police scientifique, brigade canine et bien d’autres. A chaque étape, les agents sont aux petits soins et lui donnent cadeaux et écussons. « Pour la guérison, le mental joue beaucoup, poursuit la maman. Des moments comme ça, c’est important pour lui ». Le gamin à la pêche et sa mère garde le moral : « Dans un an on saura s’il est entré en rémission ».

Appel à l’aide contre la « galère des escaliers »

Erwan vit seul avec sa mère dans une résidence HLM de Villeneuve d’Ascq. Problème, leur appartement est situé au troisième étage sans ascenseur. « Monter toutes ces marches est difficile pour Erwan vu son état de santé », explique Cindy. « Nous lançons un appel pour trouver un logement au rez-de-chaussée ou tout au moins avec un ascenseur », poursuit-elle, estimant que le maire de la commune, Gérard Caudron, est « trop occupé pour les recevoir ».

En réponse, la municipalité de Villeneuve d'Ascq indique que «7 offres de logement ont été faites à madame Thieffry sur la commune» à partir du mois d'août 2016, soit un mois après le dépôt de son dossier. Deux propositions étaient localisées en rez-de-chaussée, et quatre autres, à l'étage, dans un immeuble doté d'un ascenseur. En outre, Maryvonne Girard, 1ère adjointe au maire, fait savoir qu'elle a reçu la maman «à plusieurs reprises», et assure que la ville « continuera à seconder Madame Thieffry dans ses démarches d’accès à un logement adapté à ses besoins».