Lille: Allez, «viens voir le docteur»

INTERNET Trois Lilloises font des vidéos santé pour tenter de casser les codes de l’autorité médicale…

Mikael Libert

— 

Capture d'écran de la vidéo sur l'endométriose.
Capture d'écran de la vidéo sur l'endométriose. — VVLD

Non, n’aie pas peur. Trois Lilloises ont créé une chaîne YouTube pour parler de médecine aux jeunes autrement. Le titre est évocateur : « Viens voir le docteur », clin d’œil assumé à la chanson de Doc Gynéco.

Elles s’appellent Marielle, Pierrine et Elisa. Les deux premières sont médecins de santé publique et la troisième est chef du projet. Leur initiative vient d’une sorte de frustration. « Des blogs et des chaînes santé, ça existe déjà, reconnaît Elisa. Mais on y lit bien souvent tout et n’importe quoi », assure-t-elle.

Traquer les fausses informations

Dans les vidéos qu’elles diffusent sur leur site Internet et leur chaîne YouTube, les trois jeunes femmes traquent d’abord les fausses informations : « Beaucoup de personnes qui parlent de santé sur Internet ne sont même pas médecins. Et quand il s’agit de professionnels, il y a souvent cette image de l’homme à la blouse un peu ringarde », poursuit-elle.

Et ringardes, elles ne le sont pas. « Le but est de parler aux jeunes de sujets d’actualité, comme le choc toxique ou l’ intolérance au gluten, mais avec un ton différent et un peu d’humour », précise la chargée de projet. Et en effet, habillées d’un sweat-shirt, d’un jean, avec les cheveux en bataille et un tableau en mains, on est loin des clichés du professeur machin. « Mais le contenu des vidéos va toujours être informatif, revendique Elisa. Nous voulons que les jeunes viennent sur notre chaîne parce qu’ils trouvent cela intéressant et non seulement parce qu’ils se renseignent sur une pathologie. »

Leur volonté est, par ailleurs, d’évoquer des problèmes qui touchent les minorités sexuelles ou ethniques. « Nous allons consacrer une vidéo sur le thème de la santé chez les femmes homosexuelles par exemple, ou sur la prévention du suicide chez les jeunes », promet Elisa, en reconnaissant tout de même manquer un peu de temps. « On fait ça sur notre temps libre mais on a comme objectif de publier une vidéo tous les quinze jours. » La prochaine est donc attendue mi-juin.