Législatives : « Il faut une véritable police de proximité », pour le candidat de la France insoumise

ELECTIONS Ugo Bernalicis, candidat pour La France insoumise dans la 2e circonscription du Nord (Lille est), milite pour changer radicalement les relations entre la police et les quartiers…

Gilles Durand

— 

Portrait d'Ugo Bernalicis, candidat Les Insoumis, dans la 2e circonscription du Nord.
Portrait d'Ugo Bernalicis, candidat Les Insoumis, dans la 2e circonscription du Nord. — G. Durand / 20 Minutes
  • Le candidat de La France insoumise part avec un avantage dans la 2e circonscription du Nord
  • Attaché au ministère de l'Intérieur, il souhaite mettre en place une police de proximité
  • La légalisation du cannabis doit aussi être étudiée

Un candidat, une circonscription, une formation politique, une thématique. Jusqu’au premier tour des législatives qui a lieu le 11 juin 2017, 20 Minutes dresse le portrait d’un candidat investi dans la métropole lilloise. Chacun fait partie des cinq formations politiques qui ont obtenu le plus de voix au premier tour de l’élection présidentielle.

Le CV et les adversaires. Ugo Bernalicis se présente pour la seconde fois dans la 2e circonscription du Nord*. Il est attaché d’administration au ministère de l’Intérieur. Secrétaire départemental du Parti de gauche, il est investi par les Insoumis (LI) de Jean-Luc Mélenchon. Il sera opposé à M. Bousnane, V. Descamps, M. Dudenko, M. Leclercq, F. Bariseau, A. Linkenheld, H. Hardy, E. Ben Helal, H. Berrada, V. Chauchoy, M. Massabihi, P. Rougée, A. Beils, S. De Gouy et T. Gandrot.

>> A lire aussi : Le département du Nord indécis et coupé en deux pour les législatives

Le contexte électoral. « C’est très différent de 2012, analyse Ugo Bernalicis. Cette fois, nous sommes sur une dynamique nationale, et on continue d’engranger les soutiens » De fait, Jean-Luc Mélenchon est arrivé premier dans cette circonscription avec 28 % des voix devant Emmanuel Macron (24 %) et Marine Le Pen (18 %). « Nous partons clairement avec l’ambition de gagner », avoue-t-il, estimant qu’en 2012, c’est « la stratégie à géométrie variable qui n’avait pas été bonne ». « Cette fois, notre ligne est claire, et ne nous cantonne plus dans la gauche radicale », assure le candidat des Insoumis.

La sécurité, son métier. « Il faut arrêter d’être dans la réaction aux attentats ou aux faits divers et stopper définitivement la prime aux chiffres ». Ugo Bernalicis souhaite développer « une véritable police de proximité » avec des policiers affectés à des territoires et « en prenant modèle sur la gendarmerie ». « L’ambiance pourrie dans certains quartiers fait qu’on refuse d’aider les policiers, or le premier réseau de renseignements, ce sont les gens. C’est aussi de cette manière qu’on pourra infiltrer les réseaux terroristes ». Autre projet : étudier la légalisation du cannabis. « La lutte contre la drogue est une guerre sans fin qui ne fait qu’engorger l’activité policière et judiciaire ».

* Lille est, Villeneuve d’Ascq nord et sud, Lezennes, Mons-en-Barœul, Ronchin.