Le «grisou» reprend du service dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais

ENERGIE La Française de l'énergie a relancé l'exploitation du gaz qui s'échappe des galeries abandonnées des mines de charbon...

Olivier Aballain

— 

Loos-en-Gohelle, le 4 mai 2011. Vue du bassin minier depuis le terril dit du 11/19.
Loos-en-Gohelle, le 4 mai 2011. Vue du bassin minier depuis le terril dit du 11/19. — M.LIBERT / 20 MINUTES

L’exploitation du gaz de mine a repris dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais. Cette ressource, qui continue à sortir des galeries abandonnées par la fin de l’extraction du charbon, n’était plus valorisée depuis 2011, rappelle la Voix du Nord. La proportion de méthane dans le gaz récupéré était devenue trop faible pour assurer un débouché rentable.

Pour autant, le gaz, ce terrible « grisou » qui a tué tant de mineurs de fond, a continué à se dégager. Et la société Gazonor, qui a obtenu en 2015 la reconduction de sa concession d’exploitation jusqu’en 2042, n’avait pas abandonné l’espoir de valoriser ce petit capital.

Besoins en énergie d’une ville de 40.000 habitants

Il a suffi d’un accord passé avec Enedis, sur un tarif de revente de l’électricité garanti pendant 15 ans, pour ressusciter l’exploitation. Gazonor a commencé l’installation de générateurs sur plusieurs sites, à Lourches, Divion et Avion. Le gaz est aspiré, puis compressé et brûlé pour produire chaleur et électricité. A terme, l’énergie produite devrait correspondre aux besoins d’une ville de 40.000 habitants, assure un responsable de Gazonor.

La société d’exploitation avait été créée en 1990 pour utiliser le gaz de mine, à la fermeture des derniers puits d’extraction des Charbonnages de France. L’entreprise a été cédée en 2007 à une entreprise australienne, EGL, dont une filiale française, La Française de l’énergie, a repris les commandes en 2016. L’exploitant, qui se présente en tant que « PME française dynamique », espère réussir à extraire le gaz de couche en Lorraine, selon une technique alternative à la fracturation hydraulique.