Moins de profs à la rentrée prochaine

Renaud Bouchez - ©2008 20 minutes

— 

Un mauvais point. Le rectorat a annoncé, hier, la suppression de 452 postes d'enseignants (équivalents temps plein) et le remplacement de 235 autres par des heures supplémentaires pour la rentrée prochaine. « La suppression nette de postes (-1,8 %) répond à la baisse du nombre d'élèves », explique Bernard Dubreuil, le recteur d'académie. Selon les prévisions du rectorat, il y aura, dans le secondaire, 5 400 élèves de moins (-1,9 %) qu'à la rentrée précédente.

Quant au remplacement de postes par des heures supplémentaires, il s'agit de « la mise en application de l'engagement présidentiel de réduire le nombre de fonctionnaires », rappelle le recteur. Mais les principaux intéressés ne semblent pas convaincus. « Une partie des enseignants ne voudra pas faire d'heures supplémentaires, met en garde Michel Devred, du Snes-Nord. Et comme l'Etat ne peut pas les obliger à en faire plus d'une par semaine, la machine risque de bloquer dans certains établissements. »

Les syndicats déplorent également que ces réductions de moyens ne tiennent pas compte des spécificités sociales de la région. « Le rectorat se sert de l'argument démographique pour supprimer des postes alors qu'il y a de plus en plus de classes surchargées », dénonce Michel Devred. « On entend ces critiques tous les ans, mais c'est faux, proteste Bernard Dubreuil. La baisse du personnel enseignant est inférieure à celle qui aurait dû avoir lieu. »