Lille: La piste criminelle confirmée dans l'une des affaires des noyés de la Deûle

JUSTICE La mise en examen et la détention provisoire de trois suspects redonnent une nouvelle perspective à la série de noyades qui a eu lieu dans la Deûle, en 2010-2011…

Gilles Durand

— 

Lors des recherches dans la Deûle, en février 2011 à Lille.
Lors des recherches dans la Deûle, en février 2011 à Lille. — M. Libert / 20 Minutes
  • Trois suspects de la mouvance ultra-droite ont été mis en examen dans une affaire de noyade
  • Hervé Rybarczyk avait disparu après un concert donné avec son groupe Ashtones
  • Aucun lien, pour l’instant, avec les quatre autres affaires de noyade

On croyait l’affaire des noyés de la Deûle définitivement classée. L’arrestation de quatre personnes, le mardi 25 et le mercredi 26 avril, relance un des dossiers : celui concernant la mort d’Hervé Rybarczyk, disparu dans la nuit du 11 au 12 novembre 2011. Ce musicien lillois était la 5e victime d’une série de noyades qui avait commencé un an plus tôt en octobre 2010.

Ce qu’on sait. A l’issue des gardes à vue, trois personnes, âgées de 24 à 28 ans, ont été mises en examen pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner en réunion, avec préméditation ou guet-apens et avec arme ». Elles appartiennent à la mouvance de l’ultra-droite et ont été placées en détention provisoire. La quatrième personne interpellée n’a pas été mise en examen. L’enquête a été menée par la section de recherches de Villeneuve-d’Ascq à la suite de l’ouverture d’une information judiciaire en juillet 2015.

Portrait d'Hervé Rybarczyk.
Portrait d'Hervé Rybarczyk. - Frédéric Logez

Que s’est-il passé en 2011 ? Hervé Rybarczyk était musicien au sein du groupe de punk-rock Ashtones. Le 11 novembre, il venait de terminer un concert dans un bar du boulevard Montebello, à Lille. Il a quitté les lieux vers 2h. Son téléphone est localisé pour la dernière fois à 3h10 du côté du Faubourg de Béthune. Son corps sera retrouvé dix jours plus tard, près du Port de Lille, à Loos. Lors du procès du White Wolf Klan à Amiens, fin mars, La Voix du Nord rapporte les propos d’un ex-membre du groupuscule d’ultra-droite concernant un prévenu : « C’était un soir à Lille. (…) On lui a demandé d’agresser un homme. Il lui a porté des coups, il était inconscient, et il l’a jeté à l’eau ». Un crime à l’époque resté impuni.

Quel lien avec les quatre autres affaires ? John Williams Ani, en octobre 2010, Thomas Ducroo et Jean-Mériadec Le Tarnec en février 2011, puis Lloyd Andrieu en septembre 2011 avaient déjà trouvé la mort par noyade dans la Deûle. A l’époque, les procédures avaient été classées sans suite. Les avancées de l’enquête sur Hervé Rybarczyk peuvent-elles offrir une nouvelle perspective ? « Pour l’instant, rien ne laisse imaginer qu’il puisse y avoir un lien », assure une source proche du dossier.