Basket: Dingue, et si Le Portel créait la plus grosse surprise de la saison de ProA?

SURPRISE A quatre journées de la fin, le club du Portel, petit Poucet du championnat, intègre le top 8 synonyme de qualification pour les playoffs. Une véritable surprise…

Gilles Durand

— 

Les joueurs du Portel lors de la rencontre face à  Gravelines.
Les joueurs du Portel lors de la rencontre face à Gravelines. — Y. Coppin / ESSM

En début de saison, on lui prédisait plutôt le retour en aller simple à l’échelon inférieur. Promu et parmi les plus petits budgets de Pro A avec Hyeres-Toulon, le club du Portel est en train de déjouer tous les pronostics, à quatre journées de la fin du championnat de basket.

« Notre ambition, c’était le maintien »

Après sa victoire (75-62) face au voisin Gravelines, l’ESSM Le Portel grimpe pour la première fois dans le top 8 et peut désormais rêver de disputer les playoffs. Un objectif que le président du club, Yann Rivoal, était loin d’avoir inscrit sur ses tablettes. « Notre ambition, c’était le maintien. Mais les greffons ont bien fonctionné et nous avons gagné notre pari », avoue-t-il.

Les greffons et le pari, ce sont ces joueurs recrutés en début de saison en ProB avec l’espoir qu’ils percent à l’échelon supérieur. « Avec un budget de trois millions alors que la moyenne se situe autour de 4,5 millions, nous ne pouvions pas lutter sur le marché des transferts », explique Yann Rivoal.

A la lutte avec Limoges et l’Asvel

Bonne pioche puisqu’aujourd’hui, les hommes d’Eric Girard vont jouer leur qualification pour la phase finale avec des clubs comme Limoges ou l’Asvel, deux références dans l’histoire du basket français. « Il faut avouer que nous avons été épargnés par les grosses blessures et qu’il faudra garder le même état d’esprit et les mêmes valeurs la saison prochaine », reconnaît Yann Rivoal.

Président depuis quatre ans, ce pharmacien a, en effet, la ferme intention de pérenniser son club dans l’élite. « Pour cela, il faudra attirer de nouveaux sponsors et grimper par paliers successifs », explique-t-il. En attendant, le club peut compter sur le soutien indéfectible et la ferveur indescriptible de son public pour tenter de gravir un nouvel échelon d’ici la fin de saison.

Le chaudron de l'ESSM Le Portel.
Le chaudron de l'ESSM Le Portel. - Y. Coppin / ESSM

« Nous sommes des compétiteurs, donc, si nous passons à côté de la qualification pour les playoffs, nous aurons forcément une pointe de déception, mais absolument aucun regret », affirme Yann Rivoal. Le Portel doit encore recevoir Paris-Levallois et Strasbourg et se déplacer à Antibes et Cholet, deux clubs qui luttent pour ne pas descendre.