Roubaix: L'école de e-commerce Showroomprivé veut faire des petits (génies)

EDUCATION A Roubaix, le groupe Showroomprivé, n°2 français de la vente privée sur internet, a ouvert début mars une école de e-commerce gratuite…

Olivier Aballain

— 

L'école de e-Commerce ShowRoomPrivé à Roubaix
L'école de e-Commerce ShowRoomPrivé à Roubaix — O. Aballain / 20 Minutes
  • Showroomprivé, est implanté à Roubaix depuis un an, où il emploie 80 personnes
  • Le n°2 de la vente privée sur internet y a ouvert une formation gratuite en e-commerce au mois de mars
  • Objectif: Former des personnes motivées par ce secteur, quelle que soit leur parcours initial

Les deux-tiers des élèves ont un bac, ou moins d’un bac. Et pourtant, les élèves de l’école de e-commerce, tout juste ouverte à Roubaix par Showroomprivé, sont confiants dans l’avenir.

« J’ai trouvé un secteur qui me plaît et qui propose du travail. Mais personne ne m’en avait parlé avant », s’étonne Hanane, 23 ans. Élève plutôt douée, titulaire d’un bac scientifique, elle n’avait pas entamé les études de commerce dont elle rêvait, faute de sous.

Et le e-commerce ? « Je pensais que c’était pour les ingénieurs, bref, pas accessible pour moi », sourit Hanane. Maintenant, après moins de deux mois de formation, elle se verrait bien chef de projet e-commerce.

Rythme intense, débouchés assurés

L’école Showroomprivé est comme ça. En six mois et 800 heures de formation entièrement gratuite (tout est payé par la fondation Showroomprivé), Amélie Agbo, l’une des formatrices, entend faire de ses dix-sept élèves des « professionnels » capables de gérer tous les aspects d’un projet de e-commerce, de la conception d’un site à l’expédition des produits.

>> A lire aussi :Des milliers d’offres d’emploi sur la page Facebook de la région Hauts-de-France

Le rythme est intense : après une semaine bien remplie, ils se lanceront ce week-end dans un « hackathon » (marathon informatique, en gros) pour réaliser le site d’une entreprise voisine. « Ils ont été choisis parmi cent candidats, en fonction de leur motivation, et pas de leurs diplômes », explique Coline Rivière, directrice de la fondation Showroomprivé.

L’objectif : utiliser le e-commerce en tant que ressort « d’inclusion sociale ». « C’est un peu comme le sport, un domaine accessible à tous et qui peut permettre de s’en sortir ». Seule une lauréate a quitté la formation à ce jour, par manque de temps personnel.

Des profils très diversifiés

Pour susciter des candidatures, Coline Rivière avait fait le tour des centres sociaux, médiathèques « et même des salles de sport ». Les lauréats viennent de quartiers de Roubaix, Tourcoing, Marcq-en-Barœul…

Silyvanh a saisi la perche en février. Sortie du système scolaire sans aucun diplôme, après avoir raté son bac, elle vivait avec un salaire d’opératrice d’emballage. « Ça fait bizarre de reprendre des cours, mais c’est vraiment une méthode différente des autres, ça se passe bien ».

« Même les plus timides, on les pousse à s’exprimer, et ça commence vraiment à bien fonctionner », se réjouit Coline Rivière. Ancien ébéniste, ancien chef d’entreprise, ou titulaire de BTS : il y a tous les profils dans la promo.

« C’est cette diversité qui est intéressante », explique le maire Guillaume Delbar, soutien de première heure à la démarche. « Ce sont des talents auxquels les entreprises n’avaient pas accès. » Et pourtant, justement, les besoins sont réels dans le secteur. « A Roubaix, on a OVH [hébergeur de site internet] qui embauche 350 personnes par an », rappelle l’élu.

Un modèle appelé à se répliquer

Pour mettre tout le monde dans le bain (de confiance), la formation a d’ailleurs commencé par deux semaines intensives de visite auprès d’entreprises à succès : BlablaCar, le parc Euratechnologies, La Redoute…

Pour ne rien gâcher, l’école est hébergée sur le site technologique Blanchemaille, parmi une foule de start-ups. « Nous les faisons souvent intervenir dans la formation, c’est un moyen, aussi, de susciter des contacts et de montrer aux élèves tout ce qui peut se faire dans leur domaine », explique encore Coline Rivière.

Le modèle appliqué par Showroomprivé est dérivé de la démarche de l’école de code informatique Simplon, qui a déjà bouclé deux formations gratuites, sur ce mode, à Roubaix (la 3e est en cours). Bilan : 90 % des élèves sont sortis avec soit un CDI, un CDD ou un projet en autoentrepreneur, selon le maire de Roubaix, Guillaume Delbar.

A l’école Showroomprivé, la promo actuelle sortira en septembre. La suivante sera lancée en novembre-décembre. L’entreprise compte bientôt lancer une déclinaison en Seine-Saint-Denis.