Lille: Elle avait perdu son bébé à cause d'une erreur médicale en 2011

JUSTICE Le tribunal correctionnel de Lille doit juger, ce mercredi, une erreur médicale qui avait provoqué la perte d’un fœtus à l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul à Lille…

G.D.

— 

Illustration de la justice.
Illustration de la justice. — M.Libert/20 Minutes

Enceinte de quatre mois, elle avait perdu son bébé à cause d’une erreur médicale. Une infirmière et une sage-femme stagiaire comparaissent, ce mercredi après-midi, au tribunal de Lille, poursuivies pour blessures involontaires. La responsabilité de l’hôpital Saint-Vincent-de-Paul de Lille sera aussi examinée.

Sécuriser sa grossesse

En mai 2011, une jeune femme, Zahra E., était entrée dans cet établissement hospitalier pour y subir un cerclage du col de l’utérus. Cette opération devait lui permettre de sécuriser sa grossesse. Dans une chambre voisine se trouve une autre patiente qui doit subir, elle, un avortement thérapeutique.

Le médicament abortif qu’elle doit recevoir est administré par erreur à Zahra. Lors de l’opération, elle perd son fœtus. Ce n’est que deux jours plus tard que les médecins lui avouent la méprise. La stagiaire a confondu l’identité des patientes et lui a fourni le mauvais traitement.

« On ne veut pas accabler l’infirmière ou la stagiaire »

A l’époque, le groupement des hôpitaux privés (GHICL) dont dépend Saint-Vincent-de-Paul, reconnaît son erreur lors d’une conférence de presse. Depuis, l’établissement hospitalier a été condamné à verser 27 000 euros à la victime lors d’un procès au civil.

Ce mercredi, c’est le volet pénal qui sera examiné. « On ne veut pas accabler l’infirmière ou la stagiaire qui sont des lampistes, souligne, à La Voix du Nord, Blandine Lejeune, l’avocate de la victime. Je veux que ce procès nous aide à comprendre comment il est possible que l’hôpital ait pris aussi peu de précautions pour un acte qui n’est pas anodin. »