Hauts-de-France: Les dossiers d’avenir de l’électricité

ÉNERGIE Dans la région, trois gros chantiers se profilent à plus ou moins longue échéance pour RTE, le Réseau de transport d’électricité…

Mikael Libert

— 

Le centre de dispatching de RTE à Lambersart, près de Lille, dans le Nord.
Le centre de dispatching de RTE à Lambersart, près de Lille, dans le Nord. — M.Libert / 20 Minutes
  • Le doublement de la ligne Avelin-Gavrelle terminé à l’horizon 2021
  • Les Hauts-de-France, deuxième parc éolien de France
  • Un poste électrique intelligent en test dans la région

Du nouveau dans les tuyaux. RTE, c’est l’entreprise en charge de transporter l’électricité entre les sites de production et les consommateurs. Ce mardi, l’exploitant du réseau de haute et très haute tension a dressé un bilan de l’année écoulée dans les Hauts-de-France et évoqué les perspectives pour les années à venir. Sur ce dernier point, 20 Minutes a retenu trois « chantiers » emblématiques.

La ligne Avelin-Gavrelle

Le doublement de laligne à très haute tension (THT) entre Avelin et Gavrelle est un dossier qui traîne depuis 2012. Le projet a pris un nouveau tournant en décembre 2016 avec la déclaration d’utilité publique accordée par Ségolène Royal, ministre de l’Energie. « C’était un maillon faible du réseau presque toujours en saturation », explique Christian Aucourt de RTE. Le transporteur se donne encore un an pour finaliser le tracé d’une longueur de 30km. Les travaux débuteront en 2019 pour une mise en service en 2021.

>> A lire aussi : Rencontre avec un pylône du troisième type

Les propriétaires de 40 maisons proches de la future ligne se verront proposer un rachat de leur bien ou une indemnisation pour le préjudice visuel. Il sera aussi proposé un suivi médical, « même s’il n’existe pas de danger identifié dans la réglementation actuelle », assure Laurent Cantat-Lampin, directeur ingénierie chez RTE.

Les énergies renouvelables

Même si ça ne plaît pas à Xavier Bertrand, président de région, les éoliennes se multiplient dans les Hauts-de-France (25 % de la capacité de production installée). Comme pour les autres sources d’énergies renouvelables (EnR), il faut bien les raccorder au réseau. Le développement des EnR est si rapide que le schéma de raccordement doit être modifié pour prendre en compte 3.000 MW de nouvelles capacités. Dans cette perspective, RTE étudie déjà comment relier au réseau le futur parc éolien offshore qui sera construit au large de Dunkerque.

Vers un réseau intelligent

Depuis 2016, RTE expérimente, notamment à Blocaux, près d’Amiens, un poste électrique intelligent. « Il s’agit d’utiliser le numérique pour optimiser l’utilisation du réseau », explique Laurent Cantat-Lampin. Le but étant d’augmenter le rendement du réseau existant plutôt que de construire de nouvelles infrastructures.

>> A lire aussi : Début d'incendie maîtrisé à la centrale nucléaire de Gravelines

L’application smartphones éCO2mix fournit aux consommateurs une large palette de données sur le réseau national et régional électrique. Début mai, ces données seront disponibles à l’échelle de la métropole européenne de Lille.