Calais: Six mois après l’évacuation de la « jungle », le retour des rixes entre migrants

REFUGIES Plusieurs dizaines de personnes se sont battues dans la zone des Dunes, à Calais, lundi soir…

O.A. avec AFP

— 

Calais, le 11 janvier 2017. Trois mois après le demantelement du camp de refugies de la jungle, les associations ont constate un retour au compte-goutte de migrants.
Calais, le 11 janvier 2017. Trois mois après le demantelement du camp de refugies de la jungle, les associations ont constate un retour au compte-goutte de migrants. — M.Libert/20 Minutes

Une rixe impliquant plusieurs dizaines de migrants a éclaté lundi soir dans une zone située entre le port et le centre-ville de Calais (Pas-de-Calais), faisant 11 blessés légers, a appris l’agence AFP auprès de la préfecture du département mardi.

>> A lire aussi : Trois mois après la «Jungle», des migrants errent sans solution dans Calais

Entre 21h30 et 23h50, quelques dizaines d’Erythréens et d’Ethiopiens se sont battus pour une raison inconnue dans la zone industrielle dite « des Dunes » à Calais, qui jouxte la rocade portuaire et l’ancien terrain occupé par le campement évacué en octobre.

Onze blessés, un mineur en garde à vue

La police, en intervention sur place, a essuyé des jets de pierre, et fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser les migrants, a précisé une source préfectorale. A 01h00, le quartier était encore bouclé par une dizaine de fourgons de CRS, a constaté un correspondant de l’AFP.

La rixe a fait 11 blessés légers, dont quatre ont été emmenés au centre hospitalier de Calais. Un mineur a été placé en garde à vue pour avoir craché sur un policier, tandis que 24 autres mineurs ont été mis à l’abri dans des foyers de France Terre d'Asile à Saint-Omer et Sangatte (Pas-de-Calais), a précisé le porte-parole de la préfecture.

>> A lire aussi : Les migrants de la «jungle» de Calais pourront tous demander l'asile en France

« On ne sait pas trop le pourquoi du comment de cette bagarre. Mais on ne peut pas laisser autant de monde dans la rue et s’attendre à ce que ça se passe bien, ça crée de la tension qui finit par exploser », dénonce auprès de l’AFP Gaël Manzi, coordinateur local de l’association Utopia 56, et témoin des faits.

L’association distribue des repas pour environ 250 migrants chaque nuit, mais estime que leur nombre dans la région de Calais est beaucoup plus élevé. Une rixe avait déjà opposé plusieurs personnes sur place le 8 avril, en marge d’une distribution de nourriture.

Les migrants de retour à Calais depuis la fin décembre

Le retour de dizaines de migrants vers Calais a été constaté à partir de la fin décembre, environ deux mois après l’évacuation du campement géant (surnommé la « jungle ») où se réfugiaient plusieurs milliers de personnes, près de la zone des Dunes.

Pour autant, la maire de Calais refuse toute nouvelle installation durable d’aide aux réfugiés, ce qui provoque des conflits avec certaines associations, notamment le Secours Catholique.

>> A lire aussi : L'État veut bien rouvrir un accueil pour les migrants, mais loin de Calais

Fin janvier, le gouvernement a bien évoqué l’ouverture d’un nouveau centre d’accueil dans le Pas-de-Calais, mais cette ouverture est envisagée loin de Calais, selon l’association Emmaüs.

Une partie des personnes migrant à travers Europe arrivent à Calais dans l’espoir de passer en Angleterre, où elles espèrent rejoindre un membre de leur famille, ou trouver un travail plus facilement.