« La grève, c'est le problème de l'Etat »

Recueilli par Olivier Aballain - ©2008 20 minutes

— 

Patrick Masclet

Maire (UMP) d'Arleux

et président de l'association

des maires du Nord.

Que pensez-vous de

la proposition, reçue ce jeudi par les maires, d'expérimenter un service minimum d'accueil dans leurs écoles lors de la grève du 24 janvier prochain ?

Au départ, c'est quand même une grève dans les services de l'Etat. C'est donc un problème du ressort de l'Etat. Mais de toute façon, pour les communes volontaires, il sera bien difficile d'être au rendez-vous le 24 janvier.

Pourquoi ?

Le calendrier est trop serré. Il faut du personnel périscolaire pour accueillir des enfants un jour de grève. Moi je n'ai que deux agents pour un centre de loisirs le mercredi. C'est compliqué à mettre en place pour les municipalités.

Mais le ministère ne propose-

t-il pas de rembourser les frais engagés par les communes ?

Si, mais les 90 euros proposés pour six heures de garde, 15 euros de l'heure, ne sont pas suffisants. D'après mes calculs, cela coûte 16 à 17 euros au minimum pour du personnel en début de carrière. Sans compter les moyens matériels à mobiliser, et les problèmes juridiques que cela peut poser.