Oise: Des loyers gratuits pour habiter au milieu des dealers

LOGEMENT L’office de HLM de l’Oise espère ainsi repeupler la cité tristement célèbre du Clos des Roses à Compiègne…

Mikael Libert

— 

Immeubles du Clos des Roses, à Compiègne (Oise)
Immeubles du Clos des Roses, à Compiègne (Oise) — Google Street View

L’offre de la dernière chance. L’Office public d’aménagement et de construction (OPAC) de l’Oise espère repeupler trois bâtiments de la cité de Clos des Roses, square Baudelaire, à Compiègne. Pour motiver d’éventuels locataires à venir poser leurs valises dans ce quartier stigmatisé par la présence de nombreux trafiquants de stupéfiants, l’Opac mise sur la gratuité des loyers pendant une période donnée révèle le Courrier Picard.

Un très lourd passif

Le Clos des Roses, à Compiègne, a fait l’objet de plusieurs reportages dans les médias ces derniers temps. Non pour la qualité de ses espaces verts, mais plutôt dans la rubrique « faits divers ». La cité se trouve être le repère de trafiquants de stupéfiants qui mènent la vie dure aux habitants et aux personnes qui, de près ou de loin, viennent mettre le nez dans leurs affaires. «La cité abandonnée aux dealers », titrait notamment Le Parisien en février dernier.

>> A lire aussi : Affrontements avec la police au «Clos des Roses»

La situation était devenue tellement critique que l’Opac avait même organisé l’évacuation de certains habitants et muré les cages d’escalier qui servaient de points de deal aux trafiquants. D’ailleurs, pour éviter les problèmes avec les caïds locaux, les déménagements avaient lieu tôt le matin. L’Opac avait dans l’idée de détruire les immeubles incriminés pour faire table rase du passé, une initiative retoquée par la mairie.

Une offre alléchante

Donc, les bâtiments restant debout, il s’agit désormais de trouver des personnes assez téméraires pour venir y habiter. Les entrées des numéros 4, 8 et 9 ont été refaites ainsi que les caméras de vidéosurveillance et le système d’incendie. Des renforts policiers ont été par ailleurs obtenus pour ramener un peu d’Etat de droit dans ce quartier ou policiers et journalistes n’étaient pas les bienvenus. En plus de tout ça, l’Opac met sur la table des mois de loyer gratuits pour les volontaires. Quatre mois pour les dix premiers appartements, trois mois pour les dix suivants et ainsi de suite. Reste à savoir si cette cité maudite peut se racheter une image avec quelques chèques.