Lille: Les personnes âgées aussi ont droit à leur objet connecté

INNOVATION Une start-up Lilloise travaille à l’élaboration d’un bracelet intelligent destiné aux séniors…

C.S. et M.L.

— 

Delphine Barthe travaille sur un bracelet connecté pour les personnes âgées.
Delphine Barthe travaille sur un bracelet connecté pour les personnes âgées. — Smart Alert

Un bracelet qui pourrait sauver des vies. C’est l’idée sur laquelle travaille Delphine Barthe, créatrice d’une start-up Lilloise, à travers le projet « Smart alert ». Son produit : un bracelet autonome et automatique, pour les personnes âgées, qui alerterait automatiquement les secours en cas de chute ou de malaise.

Une idée innovante

Le projet est né suite à une terrible expérience vécue par l’entrepreneuse : « Il y a quelques mois, ma grand-mère paternelle a fait une chute. Elle possède un médaillon de télé-alarme. Ce dispositif n’est pas automatique et, dans la confusion, elle n’a pas su comment l’utiliser. Elle est restée par terre presque 24 heures », explique Delphine Barthe. Smart Alert sera le premier bracelet connecté pour les séniors selon sa créatrice. Il sera équipé d’un logiciel de diagnostic de malaises pour minimiser le risque de perte d’autonomie des personnes âgées suite à une chute.

« Un bijou de technologie »

Delphine Barthe et son associé, Mauro De Freitas, doctorant en télécommunications à l’université de Lille 1, construisent leur projet en concertation avec des personnes hébergées dans des Ehpad à Lille, Lomme et Hellemmes. « Le design est primordial, insiste Delphine. Les personnes âgées sont souvent réticentes à ce genre d’objet, ne voulant pas être stigmatisées. »

La start-up est actuellement en phase de prototypage et de design de son produit. La commercialisation, elle, est prévue pour la fin de l’année 2017. Mais avant, des essais seront réalisés dans les Ehpad, cet été. Smart alert sera essentiellement vendu aux professionnels, notamment pour faciliter les mises à jour du logiciel interne, mais aussi pour ne pas imposer de contraintes aux personnes âgées, comme changer les piles de l’appareil.

La Start-up, installée au sein de cré’Innov, incubateur de l’université de Lille, a participé auconcours de la Fabrique Aviva dans le but de récolter des fonds pour financer son projet. Les votes sont désormais clos et les résultats sont attendus pour la fin du mois d’avril. En attendant, Delphine Barthe et Mauro de Freitas peaufinent la recherche et le développement autour de leur produit.