Lille: Les derniers ajustements de la Grande Braderie 2017

EVENEMENT La ville de Lille a livré quelques précisions supplémentaires sur l'organisation de la plus grande braderie de France, annulée en 2016... 

Olivier Aballain

— 

Lille, le 31 aout 2013. Journee d'ouverture sous le soleil de l'edition 2013 de la grande braderie.
Lille, le 31 aout 2013. Journee d'ouverture sous le soleil de l'edition 2013 de la grande braderie. — M.Libert/20 Minutes

La Braderie de Lille 2017 se dessine petit à petit. L’adjoint en charge du sujet à Lille a dévoilé en conseil municipal, vendredi, quelques détails supplémentaires sur l’organisation de l’événement au premier week-end de septembre.

>> A lire aussi : Qui a des idées pour la Braderie 2017 à Lille ?

L’édition 2016 avait été exceptionnellement annulée en raison du contexte de risque terroriste. Pour la ville, c’était l’occasion de redéfinir l’organisation. Mais c’est davantage une refonte qu’une révolution qui se profile. Sur la base d’un constat très clair : 92 % des 3.500 personnes consultées sur l’avenir de l’événement en ont une image positive, selon la ville.

Un périmètre restreint, mais pas trop. La crainte d’une Braderie rabougrie ne s’est pas confirmée. Au final, le périmètre d’installation des stands n’est réduit que de 10 %, avec tout de même quelques changements notables.

>> A lire aussi : Le plan de sécurité de l'édition 2017 de la Braderie de Lille est en préparation

C’en est ainsi terminé de la Braderie plus relax, voire familiale, qui s’installait sous les beaux arbres du boulevard Victor-Hugo. Cet axe, tout comme les rues de Cambrai, d’Arras et Gambetta, sort du périmètre. Les nombreux commerçants installés rue Gambetta pourront néanmoins brader à l’intérieur de leur boutique.

Maintien aux abords du parc JB-Lebas. Les grilles rouges du grand parc lillois continueront de colorer les photos de la Braderie, mais ce sont les habitants de Wazemmes et Moulins qui occuperont les trottoirs. Martine Aubry devrait ainsi éviter les « sueurs froides » qu’elle confait avoir ces dernières années, en constatant que l’endroit attirait parfois jusqu’à 100.000 personnes en simultané, à la merci d’un simple mouvement de foule.

Les brocanteurs, eux, sont déplacés boulevard de la Liberté, où ils doivent prendre la place des commerçants ambulants, et autres vendeurs de bibelots Made in China, assez mal vus ces dernières années. Au passage, les amateurs de brocante disposeront dorénavant d’un axe continu Liberté-Esplanade, véritable « nouveau cœur de la Braderie » d’après l’adjoint Jacques Richir.

Des contrôles renforcés, mais uniquement sur les vendeurs. Vingt-quatre des quarante-six rues qui arrivent dans le périmètre en braderie seront bouclées. Restent donc vingt-deux points d’accès strictement contrôlés, mais seulement pour ceux qui veulent vendre des marchandises. « Les deux millions de visiteurs entreront librement », certifie Jacques Richir. Les autres devront prouver qu’ils ont bien réservé leur parcelle (la démarche devient obligatoire pour tous les vendeurs) en indiquant, le cas échéant, le n° d’immatriculation de leur véhicule.

Des petites braderies thématiques. L’expérimentation de la Braderie de la BD est jugée concluante.

Une nouvelle édition se tiendra donc au Palais des Beaux-Arts, pendant la Grande Braderie. Une braderie thématique réservée aux enfants est aussi envisagée en intérieur, à la Gare Saint-Sauveur.