Hauts-de-France: Dix gares bientôt équipées de caméras de vidéosurveillance

SECURITE Un nouveau type de vidéosurveillance devrait faire son entrée en gare dans les prochains mois...

Gilles Durand

— 

Lille, le 2 septembre 2013. Inauguration de nouveaux equipemente de voirie RFF installes en amont de la gare de Lille Flandres.
Lille, le 2 septembre 2013. Inauguration de nouveaux equipemente de voirie RFF installes en amont de la gare de Lille Flandres. — M.Libert/20 Minutes

Ce sont donc dix nouvelles gares de la région Hauts-de-France qui vont être équipées de caméras de vidéosurveillance*. Le conseil régional a voté, ce jeudi, en séance plénière, une délibération sur le sujet, laquelle avait été reportée en octobre 2016.

Relié à un centre de surveillance urbaine

Le sujet reste sensible. D’abord sur le plan politique. Gérald Darmanin, vice-président (LR) chargé des transports au conseil régional, souhaite installer des caméras reliées à un centre de surveillance urbaine, c’est-à-dire en coopération avec les villes. « On ne peut pas se contenter de caméras qui enregistrent [elles doivent être reliées à un centre de surveillance], comme c’est le cas aujourd’hui, dans les trains et la plupart des gares », explique-il à La Voix du Nord.

>> A lire aussi : Un système de vidéosurveillance intelligent pour sécuriser les lieux publics

Sur plan financier ensuite. La promesse faite lors de sa campagne électorale par le président (LR) de région, Xavier Bertrand, coûte cher. Dans son programme, l’élu souhaitait équiper l’ensemble des 364 gares de la région en caméras de vidéosurveillance. Pour l’instant, le projet se contente de dix à équiper ou à régénérer. Sachant que vingt gares et une halte ferroviaire abritent déjà des caméras. C’est notamment le cas à Lille Flandres, Lille Europe, Lens, Douai, Arras, Valenciennes, Arras, Béthune, Amiens, Beauvais ou encore Creil.

Un coût estimé à 2,782 millions

Certaines gares déjà équipées adopteraient donc un nouveau système de surveillance vidéo. « Le projet doit être présenté par la SNCF et ce sera à chaque maire de donner son accord ou non », précise Gérald Darmanin. Le coût envisagé pour les 252 caméras est fixé pour l’instant à 2,782 millions.

« Nous sommes favorables à ce projet, mais pas à n’importe quel prix », a souligné l’élu (FN) d’opposition, Adrien Nave, lors du vote, comparant, par exemple, le coût d’installation à Libercourt (13.000 euros par caméra) à celui de Roubaix (7.000 euros). « L’écart de prix dépend du fait que la ville est équipée en fibre optique ou non », précise Gérald Darmanin qui ajoute que d’autres gares entreront dans le processus en octobre.

*Beauvais, Béthune, Creil, Crépy-en-Valois, Hénin-Beaumont, Libercourt, Maubeuge, Roubaix, Saint-Quentin et Tourcoing.