Lille: Les nouveautés du zoo valent-elles le prix du ticket d’entrée?

LOISIRS Le parc animalier lillois doit rouvrir ses portes au public dans une semaine…

Mikaël Libert

— 

Un couple de renards polaires a pris ses quartiers au zoo de Lille.
Un couple de renards polaires a pris ses quartiers au zoo de Lille. — NEWMAN MARK/SIPA

Lâchez les fauves ! Le 8 avril, le zoo municipal de Lille va sortir de sa léthargie hivernale pour se lancer dans une nouvelle saison. Pas mal de nouveautés attendent les visiteurs, la moins agréable d’entre elles étant un accès devenu payant pour les non-Lillois.

Payant, oui. Enfin non. Enfin ça dépend

« Faire payer l’entrée est devenu une nécessité pour assurer la pérennité de la structure qui coûte très cher à la ville », admet Lise Daleux, l’élue en charge de la nature en ville. La gratuité sera néanmoins toujours de mise pour les habitants de Lille, Lomme et Hellemmes dont les impôts locaux servent à financer le zoo. Pour les autres, il en coûtera 4 euros par adulte et 2 euros par enfant.

« Mais il y aura de nombreux tarifs réduits, pour les groupes par exemple, ou pour les scolaires », précise l’élue. Et, afin de ne pas prendre les amoureux des bêtes au dépourvu, une période d’adaptation et d’information est prévue pendant un mois au cours de laquelle personne ne devra mettre la main à la poche.

Une « volière immersive »

L’autre grosse nouveauté, plus agréable celle-ci, c’est l’inauguration d’une « volière immersive ». Les visiteurs pourront évoluer à l’intérieur d’une gigantesque cage de 700 m2 au milieu d’animaux à ailes ou à pattes. Parmi les futurs résidents de la volière, on trouvera entre autres une dizaine d’ibis rouges, des spatules rosées, un couple de tinamous et, peut-être, une surprise qui devrait ravir les enfants.

Selon Lise Daleux, c’est une centaine de nouvelles bestioles qui ont pris, ou vont prendre leurs quartiers à Lille. Au palmarès du « cute », les pandas roux ont du souci à se faire avec l’arrivée d’un couple de renards polaires. Dans le genre mignon, il faudra aussi compter sur les loutres pour faire fondre les gamins. Sans être exhaustif, on peut aussi citer les grues royales, la chouette effraie et le muntjac, un animal de la famille des cervidés en version miniature.

Dans le cadre d’un programme d’échanges entre zoos, Lille a aussi récupéré deux jeunes rhinocéros blancs. Néanmoins, après le braconnage d’un rhino, début mars au zoo de Thoiry dans les Yvelines, la mairie assure avoir pris ses dispositions : « On ne va pas leur couper leurs cornes mais les dispositifs de sécurité nécessaires ont été mis en place », assure Lise Daleux.