National: Dunkerque rêve de retrouver la Ligue 2

FOOTBALL Le club nordiste est leader du championnat de National à huit journées de la fin...

Francois Launay

— 

Les joueurs de Dunkerque fêtent la victoire face à Concarneau
Les joueurs de Dunkerque fêtent la victoire face à Concarneau — Jean-Luc Fassella/USLD

Ça commence à sentir très bon. Vainqueur samedi à domicile de Concarneau (3-0), Dunkerque a repris le fauteuil de leader avec une septième victoire sur ses huit derniers matchs du National.

A huit journées de la fin, et avec trois points d’avance sur le quatrième,l’Union Sportive du Littoral de Dunkerque (USLD) commence à penser très fort à la Ligue 2. Mais au club, personne ne s’emballe encore. Car il y a encore quelques mois, la montée était une chimère.

Coup de gueule à la trêve

« J’ai poussé un très gros coup de gueule à la trêve car, après un très bon départ, on restait sur une très mauvaise série et on était alors plus proche de la relégation en CFA que de la montée. J’ai eu un entretien avec tous les joueurs en janvier pour leur dire que j’étais inquiet. Ils ont pris conscience de pas mal de choses et sont repartis de l’avant », raconte Jean-Pierre Scouarnec, président du club.

Voir l’USLD jouer la montée cette saison n’est pas forcément une immense surprise. Valeur sûre du National depuis sa montée en 2013, le club maritime n’a jamais fait moins bien que la sixième place. Avec son budget de deux millions d’euros, l’USLD a les moyens de ses ambitions et s’est renforcé cette saison.

21 ans de purgatoire

« C’est un travail entamé il y a quatre ans qui commence à porter ses fruits. Le club s’est bien structuré. Le staff a changé cette année avec l’arrivée de Didier Santini, et de nouveaux joueurs sont arrivés », poursuit le dirigeant qui espère enfin retrouver le monde professionnel après 21 ans de purgatoire.

Place forte de la 2e division où il a évolué pendant trente saisons d’affilée, l’USLD a fini par chuter en 1996. Tombé jusqu’en CFA 2, le club maritime a mis de nombreuses années à se relever. Cette saison pourrait donc être enfin la bonne, même si d’autres problèmes pointent à l’horizon.

Dunkerque devra s’exiler la saison prochaine

Pensionnaire du vieux stade Tribut, le club devra quitter son enceinte mythique la saison prochaine en cas de montée. Inadapté à la Ligue 2, Tribut (2.000 places) va être rénové : trois ans de travaux sont prévus pour aboutir à terme à un stade de 5.000 places. Et pendant ce temps-là, l’USDL va être obligé de s’exiler, sans avoir où encore.

« La priorité est de jouer austade de l’Epopée de Calais [situé à 45 km]. Mais l’enceinte n’est pas aux normes pour la Ligue 2 et on va voir si c’est possible de le faire. Sinon, en plan B, on peut aussi aller au Stadium de Villeneuve d’Ascq même si ça fait un peu loin [90 km]. On devrait être fixé dans les prochaines semaines », détaille Jean-Pierre Scouarnec.

Une solution hybride pourrait aussi être trouvée. Débuter la saison à domicile au Stadium, avant de la poursuivre à Calais. Pas idéal mais Dunkerque n’est plus à ça près. Le club est prêt à tout pour enfin retrouver le monde professionnel.