Blue Whale Challenge: Une ado tente de se pendre à Saint-Omer

INTERNET Hébergée en foyer, la jeune fille était arrivée au bout de ce «jeu» venu de Russie…

Mikael Libert

— 

C'est via le réseau social russe VK que le «Blue whale challenge» s'est répandu.
C'est via le réseau social russe VK que le «Blue whale challenge» s'est répandu. — M.Libert / 20 Minutes.fr

Pourquoi ? Plusieurs cas d’adolescents participant au « Blue whale challenge » ont été signalés dans la région de Saint-Omer, dans le Pas-de-Calais. Pour l’un d’entre eux, le « jeu » a bien failli tourner au drame révèle France 3 Hauts-de-France.

>> A lire aussi : Internet se mobilise contre «Blue Whale Challenge», le jeu qui pousse les ados au suicide

Pour ceux qui ne connaissent pas encore le Blue whale challenge, il s’agit d’un jeu de défis en 50 étapes lancés à des participants inscrits sur le réseau social Russe VKontakte. Si les défis sont monnaie courante sur des sites comme Facebook (Ice Bucket, Neknomination), celui-ci se différencie des autres en ce sens que le participant, arrivé à la dernière étape, doit se suicider.

Au moins 130 morts en Russie

Dès lors, on peut se demander comment les jeunes peuvent avoir envie de se lancer là-dedans. Cependant, contre toute logique, le Blue Whale est très populaire. Dans son pays d’origine, la Russie, il serait responsable de la mort d’au moins 130 personnes. En France, il gagne du terrain, ou point que le ministère de l’Education nationale a contacté l’ensemble des recteurs d’académie pour les mettre en garde.

>> A lire aussi : Le «Blue Whale Challenge», défi suicidaire qui inquiète un collège du Var

A Saint-Omer, dans le Pas-de-Calais, deux collégiennes ont fait l’objet d’un signalement après avoir atteint différents niveaux du jeu. Pire, une autre jeune fille, hébergée dans un centre d’accueil pour mineurs de la commune, a tenté de se pendre lors de l’ultime étape du Blue whale.

Sur le réseau social russe VKontakte, d’où le mal est parti, les jeunes Français sont nombreux à chercher des contacts pour pouvoir participer au défi et plus rares sont ceux qui tentent de les dissuader. Dans les messages les plus récents, on apprend par ailleurs que l’accès au Blue whale challenge serait bloqué. Certains profils d’utilisateurs en profitent donc pour orienter les candidats vers un nouveau challenge, le « Nerve challenge 2.0 ».

De ce dernier, on ne sait encore rien mais il pourrait bien faireréférence au film Nerve, sorti en 2016, et réalisé par Henry Joost et Ariel Schulman. Le synopsis du film fait craindre le pire : « Deux jeunes s’associent pour participer à un jeu de défis filmés diffusés sur internet. Ils vont relever des challenges toujours plus risqués pour gagner de l’argent ». Tout un programme.