Nord: Retour gagnant de l'internationale Shannon Izar au LMRCV

RUGBY Après avoir participé au tournoi des VI nations, la trois-quart Shannon Izar retrouvait le Top 8, ce dimanche, avec son club de Villeneuve d’Ascq…

Gilles Durand

— 

Shannon Izar en équipe de France à XV contre l'Italie, lors du tournoi des VI Nations 2017.
Shannon Izar en équipe de France à XV contre l'Italie, lors du tournoi des VI Nations 2017. — Matteo Ciambelli / SIPA

Elle n’avait joué que deux minutes cette saison. Pour Shannon Izar, le match à Caen et ses deux essais, ce dimanche, constituaient le véritable coup d’envoi de sa saison en Top 8 sous les couleurs du LMRCV. La faute à un problème aux ischio-jambiers qui la tiraillait depuis les Jeux olympiques de Rio, l’été dernier.

Large victoire

L’internationale a signé son retour en inscrivant deux des huit essais de son club, infligeant un sévère 0-44 aux avant-dernières du championnat. Une victoire qui permet aux joueuses nordistes de conserver leur première place au classement avant le dernier match au Stadium de Villeneuve d’Ascq, le 2 avril, face à Bobigny.

« Je ne suis pas très à l’aise de prendre la place d’une fille qui a fait toute la saison, mais je suis contente de retrouver le groupe » souligne la trois-quarts de l’équipe de France de rugby à 7, mais aussi à 15, laquelle vient de clore son troisième Tournoi des VI nations  en compagnie de ses équipières de club, Chloé Pelle, Yanna Rivoalen, Romane et Marine Ménager.

Contrat professionnel

Il faut dire que la situation de Shannon Izar au sein de l’équipe villeneuvoise est particulière. Comme sa collègue du LMRCV, Chloé Pelle, la jeune femme de 23 ans est sous contrat professionnel avec la Fédération française de rugby depuis 2015. Elle s’entraîne donc régulièrement au Pole rugby à 7 de Marcoussis et habite Paris.

Shannon Izar.
Shannon Izar. - G. Durand / 20 Minutes

Shannon Izar reste néanmoins fidèle à Lille et se rend le plus souvent possible aux entraînements. « C’est le club qui m’a fait signer ma première licence en 2012. » A l’époque, l’adolescente, originaire de Castres, débarque à Lille pour ses études en préparation kiné.

Une aubaine pour le LMRCV qui verra la progression foudroyante de cette trois-quarts aux jambes de feu qui enquille les essais au fil des matches. Combien ? « Je ne tiens pas de statistiques, je vis le moment au jour le jour », répond la jeune femme.

Le cul entre deux chaises

Son prochain objectif : conserver le titre de championne de France acquis l’an dernier. « J’ai envie de revivre ce moment-là avec mon club mais il y a aussi des échéances avec l’équipe de France à 7 qui vont tomber pendant la phase finale, précise-t-elle. L’expression avoir le cul entre deux chaises est tout à fait appropriée. Je ne sais pas ce que va décider la fédération. »