20 Minutes : Actualités et infos en direct
ECONOMIEL’entreprise Whirlpool délocalise, Hamon exige le remboursement des aides

Amiens: Whirlpool délocalise, Hamon exige le remboursement des aides publiques

ECONOMIEle candidat du PS à la présidentielle estime légitime de récupérer des aides « indûment perçues »…
Le candidat à l'élection présidentielle Benoît Hamon
Le candidat à l'élection présidentielle Benoît Hamon - PHILIPPE HUGUEN / AFP
C.S. avec AFP

C.S. avec AFP

Taper là où ça fait mal. Benoît Hamon, candidat socialiste à l’élection présidentielle, a exigé sur Europe 1 le « remboursement immédiat et intégral de toutes les aides publiques indûment perçues » par Whirlpool, qui a prévu de fermer son usine d’Amiens, employant 290 salariés, pour déménager en Pologne.

« C’est totalement juste et normal que l’entreprise Whirlpool rembourse » les aides du CICE (Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi), a déclaré le candidat socialiste.

Des aides incitatives

Les entreprises perçoivent un certain nombre d’aides incitatives, elles ont pour but d’encourager les entreprises à rester sur le territoire Français. Benoît Hamon estime donc que celles ayant choisi de quitter la France ne peuvent plus « bénéficier aujourd’hui de l’ensemble des dispositifs qui leur permettent de payer moins d’impôts, et qui leur permettent d’embaucher plus facilement des personnes ».

Le candidat explique également que ce n’est pas normal pour les entreprises « de disposer d’un crédit d’impôt sur la recherche et le développement, pour ensuite choisir, une fois ces aides perçues, de délocaliser ».

Le politicien, agacé, a conclu en déclarant : « Quand on soutient l’activité pour que l’emploi soit ici, il est normal que l’on demande le remboursement quand l’emploi s’en va ailleurs. »

Une impression de déjà-vu

Lundi, Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France, et Natacha Bouchart, maire de Calais, avaient réclamé le remboursement des aides perçues par le groupe de Huntsman Pigments après l’annonce, le 17 mars, de la fermeture de l’usine Tioxide de Calais.

Xavier Bertrand avait alors déclaré, dans une lettre rendue publique, que la région « demandera à récupérer toutes les sommes indûment perçues par votre groupe dans la mesure où vous quittez le territoire régional ». Une procédure judiciaire est d’ailleurs en cours.

Sujets liés