Oise: Un groupe chinois implante 100 emplois (moyennant subventions)

EMPLOI Un groupe chinois va implanter une usine de bus électriques près de Beauvais, dans l'Oise...

O.A. avec AFP

— 

Un bus BYD à Hangzhou, en Chine
Un bus BYD à Hangzhou, en Chine — NEWSCOM/SIPA

Le projet prévoit la création d’une centaine d’emplois « dans une première phase »… Moyennant une subvention régionale de 3.000 euros par emploi.

Le constructeur chinois BYD va investir 10 millions d’euros sur la commune d’Allonne (Oise) pour la construction d’une usine de bus électriques, a annoncé le groupe jeudi. Le démarrage de la production est programmé pour le « premier semestre 2018 », a précisé la région Hauts-de-France, dans un communiqué commun avec l’entreprise et la communauté d’agglomération du Beauvaisis.

>> A lire aussi : Grand soleil sur le marché de l’emploi des cadres dans les Hauts-de-France

L’objectif est d’assembler dans un premier temps jusqu’à 200 véhicules par an, autobus et autocars.

Avec 3 constructeurs mondiaux et sept sites de production, les Hauts-de-France constituent la première région de France avec 30 % de la production nationale de véhicules, et 80.000 emplois.

Dix millions d’euros investis

Xavier Bertrand voit dans cette implantation la preuve que les Hauts-de-France sont capables « d’attirer de grands groupes internationaux ». Il se félicite aussi que le projet s’inscrive « totalement » dans le projet de transformer la région en « champion de la transition énergétique ».

>> A lire aussi : Les trois piliers du succès de Toyota à Onnaing (Nord)

Isbrand Ho, le directeur europe du groupe BYD explique son choix par la « qualité du bâtiment proposé (…), la localisation géographique idéale et la proactivité des autorités locales et régionales ». L’entreprise estime en outre que le marché français des bus « est le plus important en Europe ».

L’investissement initial se monte à 10 millions d’euros. Outre l’assemblage des véhicules, BYD prévoit la mise en place d’un service après-vente d’entretien et de réparation, ainsi qu’un centre logistique pour les pièces détachées. A plus long terme, un centre d’essai pour les tests de batteries pourrait voir le jour, précise la région Hauts-de-France.

Au moins 300.000 euros de subvention

Le conseil régional participe à cette implantation en subventionnant à hauteur de 3.000 euros chaque emploi créé, auxquels s’ajouteront 2.000 euros de prime si ces derniers concernent des personnes de moins de 25 ans, plus de 50 ans ou des demandeurs d’emploi de plus de six mois, a appris l’agence AFP auprès du cabinet du président Xavier Bertrand (LR).

Peu connu à l’étranger, BYD (« Build Your Dreams », construisez vos rêves), spécialiste des batteries au lithium fondé en 1995, s’est lancé à partir de 2003 dans l’industrie automobile, en anticipant l’essor des véhicules électriques.

Le milliardaire américain Warren Buffett a investi dès 2008 dans BYD, via sa firme Berkshire Hathaway, avec une participation de près de 10 %.

L’entreprise table désormais sur ses bus électriques pour se faire mieux connaître à l’étranger : il a déjà décroché des contrats en Corée du Sud, en Inde, au Brésil, aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et en Hongrie.