Nord: Un livre démonte les contre-vérités sur le chômage et la précarité

SOCIETE Vingt-cinq associations s’unissent pour contrecarrer les idées reçues sur les chômeurs et les précaires…

Gilles Durand

— 

Illustration d'une agence Pôle emploi
Illustration d'une agence Pôle emploi — AFP

Pour diminuer le chômage, il faut réduire les dépenses sociales ; les jeunes d’aujourd’hui ne veulent plus travailler… Ces idées reçues, 25 organisations associatives ou syndicales ont décidé de les démonter à travers un ouvrage collectif baptisé Chômage, précarité, Halte aux idées reçues !* et préfacé par le cinéaste Ken Loach, récente Palme d’Or à Cannes.

« On s’installe dans une société de précarisation »

Ce livre a, hélas, d’autant plus sa place dans une région où la pauvreté ne cesse de se développer, comme l’indique une enquête de l’Insee, parue mercredi : les Hauts-de-France sont la deuxième région la plus pauvre après la Corse.

Selon les associations, les gens ne perçoivent pas très bien la réalité du monde du travail. « Il faut savoir que dans la région, 90 % des propositions d’emploi sont des CDD de moins d’un mois. On s’installe dans une société de précarisation », dénonce Michel Breuvart, du SNU Pôle emploi.

Les prétendus 120.000 emplois vacants

Ce dernier balaie, par ailleurs, l’une des contre-vérités selon laquelle le système d’indemnisation est trop généreux avec les chômeurs. « Il faut savoir qu’un chômeur touche au maximum 57 % de son ancien salaire et moins d’un chômeur sur deux est indemnisé », précise-t-il.

Derrière les idées reçues se cachent aussi les faux chiffres, comme les 120.000 emplois non pourvus que le président (LR) du conseil régional, Xavier Bertrand, avait évoqués. « Ces emplois vacants n’existaient tout simplement pas. Il y en a entre 4.000 et 5.000 environ », assure Michel Breuvart, expliquant que certaines demandes d’emploi ne servent qu’à alimenter les fichiers d’entreprises pour de potentiels emplois.

Pour assurer la promotion du livre, des débats organisés par le Mouvement national des chômeurs et précaires (MNCP) sont prévus dans certains quartiers difficiles de la région. « Un ou deux sont accompagnés d’une projection du film de Ken Loach, Moi Daniel Blake, primé à Cannes », précise Xavier Pottiez, de l’union régionale du MNCP.

* Editions de l’Atelier. 10 euros.