Moto: Le Supercross quitte définitivement le stade Pierre Mauroy

MOTOCROSS Après trois éditions dans l'enceinte villeneuvoise, le Supercross a décidé de quitter le Nord pour revenir en région parisienne...

Francois Launay

— 

Marvin Musquin a remporté le Supercross de Paris-Lille.
Marvin Musquin a remporté le Supercross de Paris-Lille. — Supercross de Paris-Lille

Voilà, c’est fini. Après trois éditions au stade Pierre Mauroy (2014, 2015, 2016), le Supercross a décidé de faire ses cartons et de revenir en région parisienne. Créé en 1984, la compétition spectaculaire avait pris ses quartiers pendant 30 ans à Paris-Bercy. Mais en 2014, les travaux d’aménagement de la salle parisienne ont obligé les organisateurs à se déployer ailleurs.

>> A lire aussi : Le Supercross n'est pas encore sûr de rester à Lille après 2017

Un événement moins fréquenté et de plus en plus cher

Seul grand stade couvert de France, le stade Pierre Mauroy était tout trouvé pour accueillir l’événement. Pendant trois ans, le Supercross a fait le bonheur des fans nordistes de moto. Mais la baisse de fréquentation progressive et surtout le coût d’organisation (2, 5 millions d’euros) ont poussé les organisateurs à réfléchir à une autre solution.

Direction l’Arena 92 de Nanterre

A peine terminé, l’Arena 92, nouveau stade couvert de 24.000 places construit à Nanterre, accueillera les 18 et 19 novembre 2017, le prochain Supercross. « La jauge de cette salle est de 24.000 spectateurs en configuration Supercross, autour d’une piste plus longue et plus rapide que jamais auparavant, désormais comparable à ce qui se fait aux USA, pays de naissance et référence mondiale en matière de SX », ont déclaré les organisateurs sur le site de l’événement.