Nord: Deux aires d'autoroute fermées pour limiter les incidents avec les migrants

MIGRANTS Le préfet du Nord a décidé de fermer deux aires d'autoroute supplémentaires sur l'axe Lille-Dunkerque...

O.A. avec AFP

— 

Des migrants tentent de s'introduire dans un camion sur l'aire d'autoroute de Saint-Laurent, près de Steenvoorde (Nord), le 7 mars 2017
Des migrants tentent de s'introduire dans un camion sur l'aire d'autoroute de Saint-Laurent, près de Steenvoorde (Nord), le 7 mars 2017 — P. Huguen / AFP

L’accès à deux nouvelles aires d’autoroute situées près des camps de migrants de Steenvoorde et de Grande-Synthe dans le Nord a été restreint pour un mois afin de s’adapter à la pression migratoire, a appris l’AFP mardi, auprès de la préfecture.

>> A lire aussi : VIDEO. Calais: Trois mois après la «Jungle», des migrants errent sans solution

La fermeture des parkings de poids-lourds concerne les aires de service de Saint-Laurent (commune de Steenvoorde) sur l’autoroute A25 dans le sens Lille-Dunkerque, et de Grande-Synthe sur l’autoroute A16 dans le sens Dunkerque-Calais.

Proximité des camps de Steenvoorde et de Grande-synthe

Ces fermetures, qui ne s’appliquent que pour un mois, s’ajoutent aux quatre clôtures déjà décidées par la préfecture du Pas-de-Calais fin février.

La préfecture du Nord justifie cet arrêté en raison de « la proximité des camps de Steenvoorde et de Grande-Synthe des aires d’autoroute », qui occasionne « des troubles à l’ordre public ».

Ces deux aires « demeurent des points importants de montées dans les poids-lourds pour les migrants désireux de se rendre au Royaume-Uni », poursuit l’arrêté.

Nombreux incidents autour des aires

Par ces fermetures, la préfecture entend « assurer la sécurité des usagers, ainsi que celle des agents des entreprises utilisatrices des aires d’autoroute, notamment les transporteurs routiers ».

Mi-février, une rixe entre une centaine de migrants érythréens et soudanais sur l’aire de Saint-Laurent avait fait six blessés.

A Steenvoorde, un camp d’une soixantaine de migrants avait été démantelé le 11 juillet dernier, et trois passeurs y avaient été interpellés. Un nouveau petit campement avait ensuite été démantelé fin novembre, un mois après le démantèlement de la « Jungle » de Calais. Un autre campement à proximité immédiate de l’aire d’autoroute s’est formé depuis.

La Voix du Nord rapportait, dans son édition de ce mardi, qu’un conducteur de camion avait été agressé dans la nuit de dimanche à lundi, sur l’aire de Steenwerck.

Plus au nord, Grande-Synthe accueille un camp de réfugiés répondant aux normes internationales, et dans lequel vivent actuellement quelque 1.400 réfugiés, essentiellement Kurdes.