Devant la centrale nucléaire de Gravelines en mai 2016
Devant la centrale nucléaire de Gravelines en mai 2016 — O. Aballain / 20 Minutes

INDUSTRIE

Une intersyndicale EDF bloque les entrées à la centrale nucléaire de Gravelines

Deux accès à la centrale nucléaire de Gravelines (Nord) sont bloqués dans le cadre de l’action d’une intersyndicale EDF contre un plan d’économies…

A la centrale nucléaire de Gravelines (Nord), les syndicats d’EDF fulminent. Pour protester contre des suppressions de postes, une large intersyndicale CGT-FO-CFDT-CGC a décidé de bloquer certains accès à la plus puissante centrale d’Europe de l’ouest.

>> A lire aussi : Jusqu'à 7.000 suppressions de postes en quatre ans chez EDF

L’entrée principale est laissée libre, rapporte le site Internet de La Voix du Nord, mais deux accès latéraux sont contrôlés par les manifestants.

Plan d’économies et gros investissement au Royaume-Uni

Les syndicats sont mobilisés contre la fermeture programmée de 77 boutiques EDF en France, et la suppression annoncée de près de 5.000 postes (7.000, selon le syndicat FO) d’ici à 2019.

Auprès de la Voix du Nord, un porte-parole de Force ouvrière fait le rapprochement entre ce plan d’économies ( qui vise à réduire les coûts d’un milliard d’euros) et les 45 milliards d’euros de dépenses décidées pour la construction d’une centrale nucléaire EPR à Hinkley Point (Royaume-Uni).

>> A lire aussi : Les syndicats d'EDF dénoncent un «scandale de gouvernance» au sujet de Hinkley Point

Cet été, les représentants des salariés avaient refusé de donner leur assentiment au projet, jugé trop coûteux, sans pouvoir bloquer la décision d’investir.

Le blocage en cours affecte principalement l’accès au site des intervenants extérieurs et sous-traitants.