Calais : La maire étend le périmètre de son arrêté municipal anti rassemblements

SOCIÉTÉ Le but est d’empêcher les associations de distribuer des repas aux migrants…

M.L. avec AFP

— 

La maire (LR) de Calais, Natacha Bouchart.
La maire (LR) de Calais, Natacha Bouchart. — M.Libert / 20 Minutes

La mairie (LR) de Calais a annoncé, lundi, une extension du périmètre interdisant tout regroupement. Cette décision a été prise par arrêté municipal afin d’éviter tout point de fixation de migrants.

Jeu du chat et de la souris

Jeudi, la maire Natacha Bouchart avait déjà pris un arrêté destiné à prohiber les rassemblements dans la « zone des Dunes », lieu de distribution de repas à des migrants. Or, « depuis la prise de cet arrêté, il a été constaté que certaines associations procèdent désormais à la distribution des repas sur le périmètre du Bois Dubrulle », près de l’ancienne « Jungle ».

>> A lire aussi : Les migrants de la «jungle» pourront tous demander l'asile en France

Par ailleurs, dans le centre-ville, « un rassemblement d’associatifs et de militants s’est une nouvelle fois constitué sur la place d’Armes samedi », a indiqué l’élue dans un communiqué, précisant que le périmètre avait donc été élargi à ces deux endroits.

Natacha Bouchart déclare que « la mise en place des dispositifs nécessaires à la prise en charge des migrants » incombe à l’Etat. Mercredi, lors d’un déplacement sur l’ex-site de la « Jungle », le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux (PS) avait réitéré l'opposition du gouvernement à « tout point de fixation » dans le Calaisis qui pourrait servir d'« appel » aux migrants.

>> A lire aussi : L’histoire de la benne a ordures contre les migrants au tribunal

Relations tendues

La décision de lundi survient alors que les relations se tendent entre les associations et la mairie, qui tente coûte que coûte d’éviter l’implantation de migrants sur son territoire, comme cela avait été le cas avec l’ex- « Jungle ». Les associations de défense des migrants avaient jugé, la semaine dernière, que le premier arrêté était « inhumain » et « indigne ».