Nord: Un élevage isolé après une suspicion de grippe aviaire

AGRICULTURE Plus de 10.000 poulets étaient morts fin février dans cette exploitation près de Dunkerque…

Mikael Libert

— 

Illustration d'un élevage de poulets.
Illustration d'un élevage de poulets. — G . VARELA / 20 MINUTES

Des analyses contradictoires. Ce mercredi, la préfecture du Nord a déclaré qu’une zone de contrôle temporaire (ZCT) avait été mise en place autour d’un élevage de Poulets à Moëres, près de Dunkerque, où des milliers de volailles étaient mortes fin février. Des analyses ont montré la présence de traces d’influenza aviaire.

Le gérant de l’exploitation avait vu des milliers de ses bêtes, environ 10.000, mourir subitement pour une raison inconnue à la fin du mois de février. Tout de suite, le spectre de la grippe aviaire avait été évoqué et des analyses avaient été réalisées afin de rechercher la présence du virus de l’influenza aviaire.

Analyses contradictoires

Jeudi dernier, les résultats de ces premières analyses étaient tombés et s’étaient révélés négatifs. La suspicion de grippe aviaire avait donc été levée. Néanmoins, comme les causes de cette mortalité anormalement élevées demeuraient inconnues, des analyses complémentaires avaient été mises en œuvre par la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) du Nord.

>> A lire aussi : Un cas de grippe aviaire chez un canard de chasse dans le Pas-de-Calais

La seconde vague de résultats est arrivée. Selon la préfecture du Nord, ces analyses complémentaires ont finalement « montré la présence de traces d’influenza aviaire hautement pathogène ». De nouveaux prélèvements ont été réalisés ce mercredi en vue de nouvelles analyses afin de confirmer, ou non, la présence du virus.

Périmètre de sécurité

En attendant, le préfet a pris un arrêté établissant une zone de contrôle temporaire autour de l’élevage incriminé. Les mouvements d’animaux et de produits sont donc désormais limités dans un rayon de 5 km autour de celui-ci. Les mesures de biosécurité renforcées pour les détenteurs d’oiseaux sont, par ailleurs, toujours en vigueur.