RC Lens : La grande impatience des supporters sang et or

FOOTBALL La tension monte entre joueurs et fans du club alors que l'équipe est encore en course pour la montée en Ligue 1...

Francois Launay

— 

Lens, le 5 fŽvrier 2011. Match comptant pour la 22me journŽe du championnat de ligue 1 de football opposant le RC Lens (RCL) au Valenciennes FC (VAFC) au stade FŽlix Bollaert de Lens. Ici les supporters lensois.
Lens, le 5 fŽvrier 2011. Match comptant pour la 22me journŽe du championnat de ligue 1 de football opposant le RC Lens (RCL) au Valenciennes FC (VAFC) au stade FŽlix Bollaert de Lens. Ici les supporters lensois. — M.LIBERT/20 MINUTES

Quand la passion l’emporte sur la raison. Lundi soir, après leur défaite sur la pelouse d’Orléans (2-1), les joueurs du RC Lens ont été chahutés par leurs propres supporters au moment de rejoindre leur bus. Leur tort ? Accumuler les mauvais résultats depuis un mois (une victoire sur les six derniers matchs de Ligue 2).

Pourtant, il n’y a pas encore le feu au lac, loin de là. A 12 journées de la fin, le Racing est cinquième au classement à trois petits points de la deuxième place, synonyme de montée dans l’élite, l’objectif affiché du club cette saison.

Mais la colère des fans est telle que Gervais Martel, le président du club, a appelé au retour au calme dans une interview à La Voix du Nord. Avant le derby contre Valenciennes samedi à Bollaert, les supporters lensois nous expliquent les raisons de leur frustration.

>> A lire aussi : Ligue 2: Les joueurs du RC Lens chahutés par leurs supporters

L’attitude des joueurs

Il y a d’abord les mauvais résultats sur le terrain qui passent mal mais aussi certaines réactions de joueurs qui n’ont pas été digérés. Buteurs contre Clermont le 13 février, Abdellah Zoubir et Kevin Fortuné ont (un peu) chambré leur public à travers des gestes équivoques.

« Il y a une mentalité qui me dérange chez certains joueurs. Ils se font siffler parce que les résultats ne sont pas au rendez-vous, ou en dents de scie. De plus, il y en a qui n’ont pas le rendement ni la combativité que l’on exige chez les joueurs à Lens », lâche Benjamin.

D’autres sont plus mesurés comme Alex, abonné en Marek depuis quinze ans. « On ne peut pas reprocher à cette équipe de se battre. Alors il y a peut-être un manque de talent, un manque d’expérience aussi sans aucun doute, mais pour la majorité ils se battent. »

Un entraîneur contesté.

En poste depuis le mois de juillet, Alain Casanova voit sa cote s’effondrer chez les fans du Racing qui, pour certains, réclament déjà sa démission. Malgré une bonne première partie de saison, l’ex-entraîneur de Toulouse se voit reprocher ses compositions d’équipes qui changent trop peu au goût des supporters.

« Sa gestion calamiteuse des rotations de joueurs dans l’effectif amène les titulaires à se reposer sur leurs lauriers malgré leurs prestations médiocres depuis deux mois », s’énerve Charles. « Il utilise le même onze chaque semaine. Ce n’est plus possible », renchéri Thomas. La tactique est également pointée du doigt. « Le fond de jeu est désastreux malgré une possession de balle barcelonesque. C’est stérile » estime Sacha.

Punching-ball idéal pour les supporters, Casanova en prend aussi pour son grade au niveau de sa communication. « C’est catastrophique. il passe son temps à se chercher des excuses et il se persuade qu’il a raison », explique Guillaume.

Le manque du haut niveau

Et si finalement, c’était ça le vrai nœud du problème. Club phare de la Ligue 1 dans les années 90 et au début des années 2000, le RC Lens est rentré dans le rang. Depuis 2008, le club a déjà été relégué à trois reprises et n’a pas retrouvé ses heures de gloire sur le terrain. Alors que la passion n’a jamais vraiment déserté les tribunes.

« Lens, c’est l’un des meilleurs publics de France, des infrastructures dignes d’une équipe de Ligue des champions, un passé relativement glorieux, une formation jalousée par beaucoup et… une équipe en Ligue 2 depuis de nombreuses années. Lens, c’est l’anormalité qui dure. Pour un supporter, c’est difficilement insupportable », résume Samuel. Pourtant, tous les supporters croient encore à la montée. Mais pour que la passion ne s’affaiblisse pas, il vaudrait mieux que ce soit dès cette saison. Histoire de calmer tout le monde…